Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Visite en Corée du Sud | Blinken dénonce une coopération militaire « dangereuse » entre Pyongyang et Moscou

[ad_1]





(Séoul) Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a dénoncé jeudi les liens militaires « croissants et dangereux » entre Pyongyang et Moscou, à la suite d’une visite en Corée du Sud.



« Nous partageons de profondes inquiétudes concernant la coopération militaire croissante et dangereuse de la Corée du Nord avec la Russie », a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse avec son homologue sud-coréen Park Jin, à la fin de sa visite. .

Le diplomate américain a également appelé la Chine à user de son influence pour empêcher tout « comportement dangereux » de Pyongyang, comme ses essais de missiles interdits.

La Corée du Nord et son rapprochement avec la Russie, avec le risque de voir Pyongyang aider Moscou dans sa guerre en Ukraine en échange de technologies spatiales, sont en tête des préoccupations de Séoul et de Washington, proches alliés.

La guerre entre Israël et le Hamas a également été évoquée jeudi lors des réunions de Blinken avec de hauts responsables sud-coréens, notamment avec le président Yoon Suk Yeol. Le chef de la diplomatie américaine a remercié ce dernier pour la « promesse de la République de Corée d’acheminer une aide humanitaire à la population de Gaza ».

Plus tôt jeudi, il a rencontré le conseiller à la sécurité nationale Cho Tae-yong, saluant l’engagement de Séoul à aider l’Ukraine. Les deux hommes ont condamné l’envoi d’armes par Pyongyang à la Russie pour soutenir son effort de guerre.

Antony Bliken est arrivé mercredi soir du Japon, où il a assisté à une réunion des ministres des Affaires étrangères du G7, après une tournée marathon au Moyen-Orient.

Un million d’obus

La menace nord-coréenne semble s’être accrue depuis le voyage en septembre dans l’Extrême-Orient russe du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, qui y a rencontré le président russe Vladimir Poutine. Cette réunion a été suivie de plusieurs livraisons d’armes, selon Séoul, qui estime que la Corée du Nord a fourni un million d’obus à la Russie pour sa guerre en Ukraine, en échange de savoir-faire en technologies spatiales.

Moscou a jugé ces affirmations « sans preuve ».

Les analystes affirment qu’il existe un chevauchement technologique important entre les capacités de lancement spatial et le développement de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), dont Pyongyang a été interdit d’utilisation en vertu de multiples sanctions des Nations Unies.

Satellite espion

Au cours de l’année écoulée, la Corée du Nord a procédé à un nombre record d’essais de missiles et d’autres armes, malgré les sanctions internationales. Elle a également déclaré son statut de puissance nucléaire « irréversible ».

«Compte tenu de la coopération renouvelée entre la Corée du Nord et la Russie, la Corée du Sud souhaite à juste titre que les États-Unis réaffirment leur soutien et leur engagement à respecter les sanctions de l’ONU. Cette visite est conçue dans ce but», a déclaré à l’AFP Benjamin A. Engel, professeur à l’Université nationale de Séoul.

Alliées historiques, la Russie et la Corée du Nord sont toutes deux soumises à de lourdes sanctions internationales : Moscou pour son invasion de l’Ukraine et Pyongyang pour ses essais d’armes nucléaires.

La Corée du Nord cherche à mettre en orbite un satellite espion militaire, mais deux tentatives ont échoué cette année. Séoul estime que la troisième tentative, actuellement en préparation, pourrait réussir grâce à l’aide de Moscou.

La visite de M. Blinken en Corée du Sud sera suivie de celle du ministre américain de la Défense Lloyd Austin pour réaffirmer la coopération militaire entre les deux pays.

En octobre, un bombardier américain B-52 capable de transporter des bombes atomiques a effectué une mission rare en Corée du Sud, moins d’une semaine après la visite du porte-avions à propulsion nucléaire USS Ronald Reagan dans un port sud-coréen.

Les États-Unis cherchent également à renforcer leur alliance « triangulaire » avec la Corée du Sud et le Japon, pour se renforcer en Asie-Pacifique face à la menace nord-coréenne, mais aussi pour répondre à la montée en puissance de la Chine. .

La Corée du Sud, un important exportateur d’armes, devrait également subir des pressions de la part de Washington pour qu’elle fournisse davantage d’aide à l’Ukraine. Séoul s’en tient jusqu’à présent à une doctrine de longue date qui lui interdit de vendre des armes aux pays en guerre.



[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button