Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Valérie Plante remboursera le vin d’un dîner arrosé à Vienne qui avait été facturé aux Montréalais

[ad_1]

En pleine polémique sur les dépenses douteuses de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), la mairesse de Montréal et les membres de son cabinet se sont engagés à rembourser l’alcool servi lors d’un dîner bien arrosé à Vienne qui avait été facturé à Les contribuables montréalais.

En avril dernier, Valérie Plante était en mission d’étude sur le logement dans la capitale autrichienne, avec une délégation de onze autres personnes.

Notre Bureau d’enquête a découvert que le 25 avril, la délégation avait partagé un dîner pour 1 224 €, soit 1 878 CA$, au restaurant Und Flora situé dans la capitale autrichienne. Un montant entièrement assumé par la Ville de Montréal, et donc par les contribuables montréalais.

Près d’un tiers de la facture, soit 538 dollars, concerne l’achat de huit bouteilles de vin, quatre de blanc et quatre de rouge.

Sur l’addition du restaurant Und Flora, on voit que Valérie Plante et onze autres invités se sont partagés quatre bouteilles de vin blanc à 164 euros (250 $) et quatre bouteilles de vin rouge à 188 euros (288 $). Chaque invité avait un menu à trois plats pour 50 euros (76,50 $).

Facture fournie par la Ville de Montréal

Interrogée à ce sujet la semaine dernière, la mairie a fait valoir qu’il s’agissait d’une erreur.

« De l’alcool a été servi lors du dîner de bienvenue à Vienne, car l’événement a été considéré à tort comme une réunion de bienvenue et de travail pour marquer le lancement de la mission. Depuis que cette situation a été portée à notre attention, nous avons remis en question cette vision de l’événement puisqu’il s’agit à nos yeux d’un dîner. La facture d’alcool sera donc remboursée», assure l’attachée de presse de M.moi Plante, Catherine Cadotte.


La mairesse de Montréal, Valérie Plante, en avril dernier à Vienne, avec à gauche, Laurence Vincent, présidente du groupe Prével, et à droite la mairesse de Sherbrooke, Évelyne Beaudin.

Le restaurant viennois où a eu lieu le dîner bien arrosé en avril dernier.

undflora.at

Cette réponse intervient une semaine après le début de nos révélations sur les dépenses somptueuses des dirigeants de l’OCPM, dont le bras droit de Valérie Plante, Dominique Ollivier, et au moment où la Ville prive ses employés de fêtes de Noël.

L’objectif de cette mission était de comprendre le modèle local de logement social, cité en exemple dans le monde entier. Les constructeurs avaient donc été invités par le maire.


La mairesse de Montréal, Valérie Plante, en avril dernier à Vienne, avec à gauche, Laurence Vincent, présidente du groupe Prével, et à droite la mairesse de Sherbrooke, Évelyne Beaudin.

La mairesse Valérie Plante à Vienne en compagnie de la présidente du Groupe Prével, Laurence Vincent. En arrière-plan, on reconnaît Laurent Lévesque, directeur général de l’UTILE et Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU.

Facebook

Outre les élus municipaux, la mairesse de Sherbrooke, Évelyne Beaudin, la présidente du Groupe Prével, Laurence Vincent, le directeur général de l’UTILE, Laurent Lévesque, et la porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), Véronique Laflamme, étaient présents.

Sept mois pour rembourser

Depuis près de sept mois, aucun invité n’a été invité à rembourser cette somme, alors que tous les autres frais de voyage étaient à sa charge.

« Nous n’avons pas trouvé anormal (que ce soit payé). C’était le repas de lancement de la mission», raconte la porte-parole de l’UTILE, Elise Tanguay.

La présidente de Prével, Laurence Vincent, juge qu’il était même clair dans l’invitation faite par le maire Plante le 6 avril que ce dîner serait offert par la Ville de Montréal.

« Je comprends de vos questions que l’équipe du Bureau d’enquête de Québecor considère que cela poserait problème. Je m’engage donc à rembourser les 149,76 $ CA (soit sa part du repas) à la Ville de Montréal», affirme M.moi Vincent dans une déclaration écrite.

Elle souligne qu’il s’agit d’une somme minime comparée aux près de 6 000 dollars qu’elle a déboursés de sa poche pour accompagner le maire à Vienne.

Une facture bien cachée

L’addition de ce dîner était bien cachée aux yeux des Montréalais.

Il n’apparaît dans aucune fiche de dépenses de la mission européenne, ni dans celle du maire ni dans celle de tout autre fonctionnaire.

Un rapport de mission déposé via accès à l’information précise même que la Ville a assumé « 0 $ » pour les invités externes.

Selon la Ville, cette facture n’a pas été retrouvée dans ces documents, car les demandes d’accès à l’information portaient sur des « frais de repas » et non sur « les activités comprises dans le périmètre de la mission ».

C’est en examinant les relevés de carte bancaire que nous avons découvert l’existence du repas.

Au printemps, le maire avait déjà été interrogé sur ce déplacement. Non seulement elle était accompagnée de lobbyistes qu’elle avait triés sur le volet, mais de plus, la mission en Europe, qui la conduisait également à Londres et à Paris, n’avait pas été annoncée auparavant dans son agenda public.

Le réflexe aurait dû être clair

En annonçant ce remboursement, l’administration Plante est en mode rattrapage, juge un expert.

« Nous sommes encore en train de rattraper notre retard. Une fois que quelque chose est rendu public, on essaie de rattraper le comportement en disant qu’on remboursera après coup», soutient Danielle Pilette, professeure à l’UQAM spécialisée en gestion municipale.

D’après M.moi Pilette, l’alcool aurait dû être payé par les participants, « à moins peut-être qu’on leur ait proposé à boire ».

« Le réflexe doit être clair. Quand il y a des fonds publics, il faut faire preuve de beaucoup de modération », poursuit-elle.


La mairesse de Montréal, Valérie Plante, en avril dernier à Vienne, avec à gauche, Laurence Vincent, présidente du groupe Prével, et à droite la mairesse de Sherbrooke, Évelyne Beaudin.

Danielle Pilette

ELIZABETH LAPLANTE/AGENCE QMI

L’expert a également été surpris d’apprendre que Valérie Plante avait dépensé plus de 1 300 $ en surclassement lors de ce même voyage afin de prendre son vol Montréal-Londres en classe affaires.

M.moi Pilette juge que le maire avait plutôt habitué les Montréalais à des dépenses de déplacement modestes.

Si l’on compare les dépenses de son prédécesseur, Denis Coderre, Valérie Plante dépense en moyenne près de la moitié moins par année pour les missions internationales.

Pas de fêtes pour les salariés

Plusieurs employés de la Ville de Montréal devront mettre un terme à leur fête de Noël, révélé lundi La presse.

Selon le quotidien, les différents services ont été invités à organiser des fêtes « sans frais pour la Ville », de sorte que de nombreuses unités ont annulé les activités prévues.

La raison invoquée est celle des restrictions budgétaires de près de 115 millions de dollars, annoncées par le président du comité exécutif, Dominique Ollivier, en octobre dernier.

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button