Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Val-d’Oise. Un lycéen arrêté après une fausse alerte à la bombe à l’école

[ad_1]

Un étudiant de 16 ans a été interpellé jeudi quelques heures après une fausse alerte à la bombe dans son école de Saint-Ouen-l’Aumône (Val-d’Oise), qui a conduit à son évacuation, a appris vendredi l’AFP auprès de la police. sources.

Suite à des menaces d’attentat reçues par courrier électronique, les autorités ont évacué jeudi entre 10h45 et 13 heures quelque 1 200 personnes, dont 1 000 élèves, du lycée Jean Perrin.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur  » J’accepte « des cookies et autres traceurs seront placés et vous pourrez visualiser le contenu (Plus d’information).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies »vous autorisez le dépôt de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.
Gérer mes choix



Mais après une inspection minutieuse des sept bâtiments, aucun engin explosif n’a été découvert sur place. Suite aux traces du message de menace, les enquêteurs du commissariat de Cergy ont identifié et interpellé dans l’après-midi l’auteur présumé, qui fréquente ce lycée.

«Moment de stress important»

Les motivations des accusés, qui devraient être présentés à la justice dans la journée, n’étaient pas connues dans l’immédiat. En raison de ce « moment de stress important », selon une source policière, le chef de l’établissement a décidé de ne pas reprendre les cours pour le reste de la journée.

Les fausses alertes à la bombe ont donné lieu à 18 arrestations pour les journées de mercredi et jeudi, a indiqué jeudi soir le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. 22 enquêtes ont été ouvertes pour ce type de faits, a ajouté vendredi le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti. La sanction pénale, pour les majeurs, peut aller jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.

[ad_2]
Fr1

Back to top button