Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

Vaccination HPV dans les collèges : Rousseau revoit son objectif à la baisse

[ad_1]

Alors que le Ministre de la Santé prévoyait 30% d’élèves de 5 anse vacciné contre le papillomavirus au collège, ce dernier a revu son objectif à la baisse. Aurélien Rousseau espère qu’au moins 150 000 collégiens seront vaccinés dans le courant de l’année.

Alors que la campagne de vaccination contre le papillomavirus a débuté en octobre dernier, le ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, a déclaré ce mercredi à l’AFP qu’il espérait que « 150 000 élèves de 5e » être vacciné cette année. « Si on est à 150.000, c’est autant (de personnes) qui ne développeront pas de cancer de l’utérus, de la vulve, de la gorge », il explique. Sur les 800 000 élèves de 5ème, le ministre de la Santé a déjà reçu 150 000 retours, « 50 000 refus et 100 000 acceptations ».

Si l’objectif affiché en septembre était que 30% des élèves de 5e soient vaccinés cette année au collège – soit 240 000 jeunes -, le ministre de la Santé a donc revu ce taux à la baisse.. « Je ne pense pas que nous y serons, il a avoué, certaines personnes nous disent que l’information est trop compliquée, d’autres qu’elle est trop simple. Nous devons adapter nos outils. « C’est un début, il faudra de la ténacité » a-t-il conclu.

Cette campagne est selon lui « hétérogène », ceux-ci sont « plutôt les CSP+ qui répondent favorablement », il indique. « Il faut trouver les mots pour convaincre », a ajouté le ministre. Aurélien Rousseau a également comparé les résultats selon les zones géographiques. Même si les remontées mécaniques sont pour le moment « très partiel », ils montrent qu’en Bretagne par exemple, la vaccination « travaille très dur ». A l’inverse, dans certains départements comme la Seine-Saint-Denis, le taux de vaccination est très différent selon les établissements. Cela varie de « 8 % dans certains collèges à 35 % dans d’autres »a précisé le ministre.

Cette campagne concerne tous les établissements publics ainsi que les établissements privés volontaires. Mais fin octobre, le secrétariat général de l’enseignement catholique a recommandé aux collèges sous contrat « Suspendre » cette campagne, par « raison de précaution ». Cette décision fait suite au décès d’un écolier, victime d’une chute après un malaise post-vaccinal. L’ARS précise toutefois que ce type d’inconfort « peut survenir en raison du stress provoqué par la vaccination mais n’est pas lié au produit vaccinal » ou à « un défaut de qualité du vaccin ». Une enquête a été ouverte par le parquet de Nantes pour homicide involontaire.

(Avec l’AFP)

[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button