Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Université Concordia | Les tensions autour de la bande de Gaza font trois blessés

[ad_1]





La guerre à Gaza a donné lieu à une échauffourée mercredi à l’Université Concordia.


Selon le Centre consultatif pour les relations juives et israéliennes (CIJA), des manifestants se sont opposés à un groupe d’étudiants juifs qui avaient déposé sur une table des affiches représentant des Israéliens pris en otage par le Hamas le 7 octobre. Les manifestants auraient utilisé un terme offensant pour désigner les Juifs, selon le CIJA. Le tout s’est déroulé dans un pavillon au coin des rues De Maisonneuve et Mackay.

Sarah Shamy, une représentante du Mouvement de la jeunesse palestinienne rencontrée sur place par CBC, a affirmé que c’est plutôt une table de collecte de fonds pour la Palestine qui a été attaquée par des manifestants pro-israéliens, et que d’autres manifestants, pro-palestiniens, se sont par la suite impliqués.

Le SPVM a été appelé à 13 h 30 pour porter secours aux agents de sécurité, dont deux ont été blessés, ainsi qu’un étudiant de 23 ans. Une femme de 22 ans a été arrêtée et libérée après avoir promis de comparaître devant la cour municipale. L’intervention policière a duré un peu moins de trois heures, selon Caroline Chèvrefils, porte-parole du SPVM.

« Ce à quoi nous avons assisté aujourd’hui à l’Université Concordia est une manifestation non dissimulée d’antisémitisme », a déclaré sur X Eta Yudin, vice-présidente pour le Québec du CIJA. Si la sécurité et la police n’étaient pas intervenues pour protéger les étudiants juifs, cette journée aurait pu avait une conclusion très différente. Nous remercions les forces de l’ordre d’être intervenues, mais il est temps que les dirigeants universitaires prennent des mesures concrètes et utilisent tous les outils possibles pour garantir la sécurité de nos universités pour les étudiants juifs. Cela ne doit plus jamais se reproduire. »

La ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, a de son côté écrit sur X : « Trop d’étudiants craignent pour leur sécurité, on ne peut pas tolérer ces dérives. J’ai parlé plus tôt avec le recteur de Concordia pour m’assurer que l’ordre soit rétabli sur le campus. »



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button