Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Une tour de télécommunications perturbe La Malbaie

[ad_1]

La construction d’une nouvelle tour de télécommunications à Charlevoix inquiète les citoyens du secteur Sainte-Mathilde, à La Malbaie. La société Radio Mini-Page a érigé la tour en juillet, dans le but de remplacer une tour plus petite, encore visible dans le paysage.

Les citoyens se plaignent non seulement de la dégradation du paysage depuis la construction de la tour, mais surtout du gyrophare qui les gêne.

Serge Dufour, propriétaire du terrain adjacent au site de la tour de télécommunications, a pris la parole au nom de ces citoyens. Ils ont installé des systèmes de lumières stroboscopiques blanches et rouges qui éclairent toute la forêt environnante.il dit.

Une autre citoyenne, Pauline Fortin, rapporte également ressentir les effets de ces lumières qu’elle dit voir depuis son salon et sa chambre. Malgré les rideaux, on voit les lumières de temps en temps, puis c’est pire quand il y a du brouillard.

Pauline Fortin a pris cette photo de la tour de télécommunications le 22 octobre.

Photo : Fourni par Pauline Fortin

Processus de promotion remis en question

Outre la lumière, le groupe de citoyens remet en question la façon de faire du promoteur. Serge Dufour affirme que l’entreprise a a commencé par déboiser une grande surface et, après cela, a érigé la construction dont la hauteur est de 350, 360 pieds (environ 109 mètres).

Nous venons tout juste de recevoir des avis de consultation, mais la tour est malheureusement construite.

Serge Dufour devant la tour.

Serge Dufour prévoyait passer plus de temps sur ses terres lorsqu’il prendra sa retraite. Il craint que la lumière de la tour ne nuise à ses projets.

Photo : Radio-Canada

Les règles entourant ce type de tour de télécommunications sont établies par Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE).

Sur son site Internet, l’organisme explique qu’un promoteur doit s’assurer qu’il n’y a aucune possibilité de partager une autre tour dans la zone pour installer des antennes.

Il doit ensuite soumettre un plan à la Municipalité, puis entamer une démarche d’information puis de consultation de la communauté. Ce n’est que lorsque toutes ces étapes seront franchies que la construction pourra commencer.

Deux tours de télécommunications.

La nouvelle tour a été construite à quelques mètres de l’ancienne, près du rang Sainte-Mathilde Ouest.

Photo : Radio-Canada

Le promoteur prétend être en respectant la réglementation

L’avocat qui représente Patrick Bourlinguez, promoteur à Radio Mini-Page, assure que tout est fait légalement, tout est respectueux de la loi, des règlements.

En entrevue téléphonique, Me Sarto Landry explique que son client a fait une demande de permis à la Ville pour obtenir des permis pour la construction de sa nouvelle tour. Il ajoute que «La Ville de La Malbaie lui a confirmé qu’il n’était pas nécessaire d’avoir un permis.»

Alors que Patrick Boulinguez référait Radio-Canada à son avocat pour obtenir des réponses, c’est Me Landry qui a indiqué que son client a construit une nouvelle tour parce qu’il voulait la moderniser afin d’offrir un meilleur service à la Ville de La Malbaie, qui l’utilise notamment. pour les communications de son service d’incendie.

Suis les règles

Le maire, Michel Couturier, est bien conscient du mécontentement des citoyens. Il tient toutefois à souligner que la construction de la nouvelle tour n’a jamais été faite à la demande de la Ville ni grâce à son autorisation.

Cette tour a-t-elle été construite pour les besoins de la Ville de La Malbaie ? C’est non, jamais.

Selon lui, la municipalité aurait seulement recommandé au promoteur venu se renseigner que tout était à faire dans les règles de l’art.

L’organisme décisionnel concernant les tours de télécommunications au Canada est le gouvernement fédéral, nous sommes gouvernés par le gouvernement fédéral, nous n’avons pas à délivrer de permis. Lorsque les gens nous contactaient, nous leur disions « suivez les règles, suivez le processus »..

Le maire de La Malbaie, Michel Couturier.

Le maire de La Malbaie, Michel Couturier.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

L’affaire sous la loupe fédérale

Selon la députée bloquiste Caroline Desbiens, qui représente la circonscription de Beauport–Côte-de-Beaupré–Île d’Orléans–Charlevoix, il ne reste plus qu’à attendre les conclusions que tireront les responsables duISDE.

L’élu confirme que l’organisation y a envoyé des gens. Ils sont en consultation directement avec la communauté.

Quant aux promoteurs qui seraient tentés d’avancer plus rapidement dans leurs projets, elle souligne qu’il Il faut attendre que les choses arrivent à temps. Nous ne pouvons pas contourner les autorités de régulation.

La députée de Beauport–Côte-de-Beaupré–île-d'Orléans–Charlevoix, Caroline Desbiens.

Caroline Desbiens, députée de Beauport–Côte-de-Beaupré–île-d’Orléans–Charlevoix

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Une pétition déposée au conseil municipal

Serge Dufour et ses concitoyens entendent défendre leur point de vue au conseil municipal lundi soir. Ils déposeront notamment une pétition pour exiger plus d’action de la part de la municipalité.

Nous demandons deux choses dans cette histoire : que la Ville s’oppose clairement au projet et que la Ville demande formellement au‘ISDE ordonner son démontageil explique.

[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button