Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennesPolitique

Une lecture de l’IPC à enjeux élevés sur l’inflation est attendue

[ad_1]

Les marchés ont rebondi après leur évanouissement automnal – avec le S&P 500 en hausse de plus de 7 % au cours des deux dernières semaines – alors que les investisseurs deviennent plus optimistes quant au fait que la Fed a fini d’augmenter les taux d’intérêt.

Cette conviction sera mise à l’épreuve avec une nouvelle série de données sur l’inflation cette semaine, à commencer par les données de l’indice des prix à la consommation de mardi à 8h30, heure de l’Est. Cela arrive au milieu de profondes divisions à Wall Street sur la prochaine décision de la Fed et alors que l’inflation pèse lourdement sur les chiffres des sondages du président Biden.

Le chiffre de mardi pourrait indiquer un ralentissement des progrès en matière d’inflation. Le chiffre de base très surveillé du mois d’octobre, qui ne tient pas compte des coûts des produits alimentaires et du carburant, devrait afficher une hausse de 4,1% sur un an. Ce n’est pas meilleur que le chiffre de septembre, et bien au-dessus de l’objectif de 2 % de la Fed.

Il se peut que le chiffre global contienne des nouvelles plus positives. Le chiffre global devrait avoir ralenti à 3,3 pour cent, une amélioration décente par rapport au niveau de septembre. Cela serait dû à une baisse des prix de l’énergie (les prix de détail de l’essence ayant baissé pendant sept semaines consécutives, selon une note de recherche de la Deutsche Bank), à des tarifs aériens moins chers et à un ralentissement des embauches et des hausses de salaires.

Les projets de la Fed en matière de taux restent une question ouverte. Il devrait maintenir ses taux stables lors de la réunion du mois prochain de son comité d’open market. Mais Jay Powell, le président de la banque centrale, a réitéré la semaine dernière qu’elle n’exclurait pas de nouvelles hausses de taux tant que l’inflation resterait élevée.

Cette incertitude donne plus de poids à la publication de l’IPC, selon les analystes, ainsi qu’aux rapports de mercredi sur l’indice des prix à la production et sur les ventes au détail.

Certains à Wall Street prévoient déjà des baisses de taux. De nombreuses banques d’investissement prévoient une baisse de l’inflation sous-jacente, ce qui donnera à la Fed la flexibilité de réduire les coûts d’emprunt l’année prochaine. « La partie la plus difficile de la lutte contre l’inflation est désormais terminée », a écrit dimanche Jan Hatzius, économiste en chef de Goldman Sachs, à ses clients, ajoutant qu’il prévoyait un début de baisse des taux d’ici la fin 2024. Les économistes d’UBS et de Morgan Stanley voient le la banque centrale réduirait encore plus rapidement les coûts d’emprunt.

Mais ces appels haussiers arrivent même si rares sont ceux à Wall Street qui envisagent une baisse de l’inflation sous-jacente jusqu’à l’objectif de la Fed avant 2025.

Les consommateurs ont une vision plus sombre. Le rapport sur la confiance des consommateurs publié la semaine dernière par l’Université du Michigan a montré que les ménages restaient préoccupés par l’inflation, les taux d’intérêt élevés et les troubles géopolitiques au Moyen-Orient et en Ukraine.

La Cour suprême adopte un code d’éthique. Cette décision fait suite à des révélations sur des cadeaux non divulgués, notamment des voyages de luxe offerts au juge Clarence Thomas par de riches donateurs. La création du code est considérée comme un compromis négocié par le juge en chef John Roberts, mais les critiques notent qu’il n’est pas clair comment il sera appliqué.

La Maison Blanche retarde les projets de son pacte commercial Asie-Pacifique en raison de la résistance des démocrates. L’administration Biden n’annoncera pas qu’elle a largement réglé les termes de son cadre économique indo-pacifique pour la prospérité après avoir fait face aux critiques des législateurs démocrates concernant la protection des travailleurs, rapporte le Times. Les responsables avaient prévu de présenter l’accord cette semaine lors d’une réunion internationale des dirigeants de la région Asie-Pacifique à San Francisco.

La société de médias sociaux de Donald Trump fait état de lourdes pertes. Truth Social a déclaré dans un dossier réglementaire qu’elle avait perdu 73 millions de dollars depuis le début de ses activités l’année dernière. Le réseau social de l’ancien président a également prévenu qu’il pourrait être contraint de fermer ses portes s’il ne parvenait pas à finaliser sa fusion avec un véhicule financier à chèque en blanc destiné à le rendre public.

Un syndicat d’employés de Starbucks envisage de faire grève. Starbucks Workers United, qui affirme représenter plus de 9 000 baristas dans plus de 360 ​​magasins, organisera un débrayage jeudi, coïncidant avec la promotion annuelle de la Red Cup Day de la chaîne de café. Il s’agit du dernier conflit en date concernant les efforts visant à organiser les travailleurs de Starbucks ; le syndicat n’a pas réussi à parvenir à une convention collective avec la direction.

La guerre entre Israël et le Hamas a incité les dirigeants d’entreprises et de Wall Street à dénoncer l’antisémitisme dans les affaires et dans les universités, et certains cabinets d’avocats ont annulé des offres d’emploi à des étudiants qui, selon eux, étaient associés à un langage incendiaire.

Aujourd’hui, une coalition de barreaux musulmans accuse ces mêmes cabinets d’avocats de ne pas avoir résisté à la montée de l’islamophobie.

Les groupes affirment que les cabinets d’avocats mettent un frein à la liberté d’expression. L’American Muslim Bar Association, l’Association nationale des avocats musulmans et une douzaine d’organisations d’avocats musulmans et sud-asiatiques ont déclaré lundi dans une lettre adressée à 100 grands cabinets d’avocats que les cabinets contribuaient à un « environnement d’islamophobie et de sentiment anti-arabe ». .»

Entre autres objections, les groupes ont déclaré qu’une lettre du 1er novembre que les cabinets avaient envoyée aux facultés de droit au sujet de l’antisémitisme sur les campus ne faisait qu’une « brève référence à l’islamophobie », même si les crimes haineux contre les musulmans, y compris les Arabes, sont en augmentation.

Ils disent que cette approche crée un lieu de travail « hostile ». « Le traitement inégal de certaines entreprises sur cette question extrêmement sensible déshumanise malheureusement la vie des Palestiniens, des Arabes et des Musulmans, créant un lieu de travail moins inclusif, moins accueillant et plus hostile », écrivent les barreaux.

Certaines entreprises ont refusé de reconnaître les pertes civiles palestiniennes ou les causes humanitaires tout en défendant Israël, et les membres du personnel craignent des représailles professionnelles en cas de désaccord. Les groupes souhaitent que les cabinets se joignent à eux dans une nouvelle lettre adressée aux doyens des facultés de droit sur l’islamophobie.

La lettre reflète une division croissante entre les organisations publiques et privées. Une société de négoce de matières premières aurait licencié un analyste après qu’il ait été filmé en train de dissimuler ce qui semblait être des affiches d’otages israéliens à Gaza. Certains collaborateurs démocrates au Congrès rompent avec leurs patrons à cause du conflit et militent en faveur d’un cessez-le-feu.

Chez Google, connu pour sa culture ouverte et son activisme autoritaire, les membres du personnel arabes et musulmans se disent confrontés à l’hostilité pour avoir exprimé leur soutien aux Palestiniens, tandis que les employés israéliens et juifs se disent en colère contre les messages diffusés sur les canaux internes.


Alors que le PGA Tour et le fonds souverain d’Arabie Saoudite, le bailleur de fonds de LIV Golf, s’efforcent de conclure un accord révolutionnaire d’ici le 31 décembre, le nom d’un éminent dirigeant sportif est apparu lors de leurs discussions.

Les investisseurs potentiels cherchant à prendre une participation dans le nouveau colosse potentiel du golf qui émergerait de ces négociations ont contacté Adam Silver, le commissaire de la NBA, pour le superviser, rapporte Lauren Hirsch de DealBook. Il n’est pas intéressé, mais cette décision reflète l’ampleur des ambitions sportives.

L’état des lieux : Les prétendants ont soumis leurs offres au PGA Tour, y compris des propositions visant soit à remplacer le Fonds d’investissement public d’Arabie saoudite, soit à investir à ses côtés.

L’un des soumissionnaires est Fenway Sports Group, propriétaire des Red Sox de Boston et du Liverpool FC (Jay Monahan, le commissaire du PGA Tour, est un ancien élève de Fenway.)

Les médias jouent un rôle important dans ces projets, alors que les investisseurs parient sur la ferveur des grands diffuseurs et des entreprises technologiques pour la programmation en direct afin d’augmenter les valorisations des ligues sportives. Le PGA Tour a signé un accord télévisuel de neuf ans avec CBS Sports, NBC Sports et ESPN en 2020, et les dirigeants de l’industrie s’attendent à ce que des sociétés comme Amazon, Apple et YouTube se disputent le prochain accord.

C’était le contexte des efforts visant à recruter Silver, qui a été félicité pour sa gestion des droits de streaming NBA.

Et après: Le conseil d’administration du PGA Tour s’est réuni lundi à son siège social à Ponte Vedra Beach, en Floride. Le rassemblement a eu lieu des mois après que Tiger Woods l’ait rejoint en tant que directeur, à la suite de troubles parmi les joueurs concernant le déroulement des négociations entre le PGA Tour et l’Arabie Saoudite.

Andrew interviewera Monahan lors du DealBook Summit le 29 novembre, aux côtés d’Elon Musk de SpaceX, Tesla et X, de l’ancien président de la Chambre, Kevin McCarthy, et d’autres. Tu peux postulez pour y assister ici.


— L’estimation annuelle coût pour l’économie américaine des événements météorologiques extrêmes causés par le changement climatique, selon la dernière évaluation nationale du climat. Le rapport intervient alors que l’administration Biden s’apprête à durcir les règles sur la qualité de l’air que les industries polluantes jugent trop coûteuses.


Rebekah Donaleski, une procureure fédérale chevronnée et chef de l’unité de corruption publique au bureau du procureur américain pour le district sud de New York, a rejoint le cabinet d’avocats international Cooley, écrit Benjamin Weiser du Times pour DealBook.

Donaleski a supervisé l’enquête et l’inculpation de certains des accusés les plus en vue ces dernières années. Parmi eux figurent le sénateur Robert Menendez, démocrate du New Jersey, qui a été accusé d’accusations liées à la corruption et a plaidé non coupable ; Ghislaine Maxwell, l’ancienne petite amie de Jeffrey Epstein qui a été reconnue coupable de trafic sexuel ; et Michael Avenatti, l’ancien avocat de Stormy Daniels qui a été reconnu coupable de fraude.

Donaleski sera partenaire du groupe de pratique de défense des cols blancs et d’enquêtes de Cooley à New York. La société, dont le siège est à Palo Alto, en Californie, et qui compte 19 bureaux aux États-Unis, en Asie et en Europe, est devenue le foyer d’anciens chefs de l’unité de corruption publique du district sud, comme Andrew Goldstein, qui dirige le Cooley groupe, et un autre partenaire, Russell Capone.

Donaleski, 37 ans, se concentrera sur les enquêtes sur les entreprises et les gouvernements, la gestion des crises et les procès. Alors que la clientèle principale de Cooley, composée d’entreprises de technologie et de sciences de la vie, est confrontée à une surveillance et à des enquêtes réglementaires croissantes, Goldstein a dit : « Rebekah est, à notre avis, un pilier essentiel pour continuer à développer notre bureau de New York » et à la capacité du cabinet à traiter des dossiers toujours plus complexes.

Donaleski a déclaré : « Mon expérience en tant que responsable de la corruption publique – en étant innovant, en faisant preuve de créativité dans la manière de porter plainte – se traduira vraiment bien par le service aux clients qui font l’objet de mesures d’application de la réglementation de plus en plus innovantes. »

Offres

  • Glencore va acquérir une participation de 77 pour cent dans l’activité charbon de Teck pour 6,9 milliards de dollars, ouvrant ainsi la voie au géant des matières premières pour scinder sa division charbon thermique, rentable mais polluante. (Bloomberg)

  • Creative Artists Agency et le négociateur Michael Klein créent une banque d’investissement axée sur le sport, les médias et le divertissement. (WSJ)

Politique

Le meilleur du reste

Nous aimerions avoir vos commentaires ! Veuillez envoyer vos réflexions et suggestions par courrier électronique à dealbook@nytimes.com.

[ad_2]

Gn En

Back to top button