Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Une femme accusée de terrorisme pour des liens présumés avec l’EI, selon la GRC

[ad_1]

La GRC affirme qu’une femme de 29 ans au Canada fait face à une infraction liée au terrorisme pour sa participation présumée aux activités de l’Etat islamique.

La police affirme qu’Ammara Amjad est revenue de Syrie au Canada le 4 avril et a été arrêtée dans le cadre d’un engagement de ne pas troubler l’ordre public en matière de terrorisme. Elle a ensuite été libérée sous caution en attendant sa prochaine comparution devant le tribunal.

La GRC affirme qu’Amjad a ensuite été arrêtée jeudi à Milton, en Ontario, et accusée de sa participation présumée aux activités de l’EI. Elle a comparu devant deux tribunaux et a ensuite été libérée sous caution, sous réserve de plusieurs conditions qui n’ont pas été divulguées.

La police indique que la prochaine audience d’Amjad est prévue pour le 17 novembre.

En avril, une femme du même nom a été rapatriée au Canada depuis le camp d’Al-Hoj, une prison à ciel ouvert du nord-est de la Syrie où sont détenues certaines épouses et veuves de combattants de l’Etat islamique, et arrêtée à son arrivée à un aéroport de Montréal. Elle a finalement été libérée sous conditions strictes de libération sous caution.

Comme l’a déjà rapporté CTV News, la femme a finalement été libérée sous caution sous des conditions strictes, notamment le port d’un moniteur GPS à la cheville et un accès limité aux téléphones portables et aux ordinateurs. Elle s’est également vu interdire de conduire, a dû rendre son passeport et a été obligée de suivre des conseils de déradicalisation.

CTVNews.ca a contacté la GRC pour confirmer s’il s’agissait de la même femme qui a été arrêtée et libérée sous caution cette semaine.

En avril, le Département d’État américain a déclaré que 14 femmes et enfants des « camps de personnes déplacées » dans le nord-est de la Syrie avaient été rapatriés au Canada. On estime qu’environ 10 000 ressortissants étrangers provenant de 60 pays différents restent dans les camps, pour la plupart des femmes et des enfants.

Dix mille autres hommes, soupçonnés d’être des combattants de l’EI, sont détenus en prison, a indiqué le département.

Les gens sont encouragés à signaler toute information sur le terrorisme ou toute activité suspecte connexe au Réseau d’information sur la sécurité nationale en appelant le 1-800-420-5805 ou à leur détachement de police local.


— avec des fichiers de Judy Trinh, correspondante de CTV National News Ottawa

[ad_2]

En LOcal

Back to top button