Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

Une chronologie des récentes élections provinciales et des gouvernements au Manitoba

[ad_1]

WINNIPEG — Les Manitobains ont élu un nouveau gouvernement mardi, les néo-démocrates chassant les progressistes-conservateurs du pouvoir après sept ans dans l’opposition. Voici un aperçu des élections et des gouvernements au Manitoba au cours des 20 dernières années.

Néo-démocrates, 2003

Le NPD dirigé par Gary Doer, alors premier ministre, remporte un deuxième mandat consécutif avec une plus grande majorité, remportant 35 des 57 sièges de l’Assemblée législative. Les néo-démocrates s’assurent des bastions progressistes-conservateurs de longue date dans la banlieue de Winnipeg. Le chef du parti, Stuart Murray, démissionne deux ans plus tard après un soutien tiède lors d’une révision de la direction du parti. Il est remplacé par Hugh McFadyen.

Néo-démocrates, 2007

Le NPD dirigé par Doer remporte une troisième majorité consécutive avec 36 sièges. Deux ans plus tard, Doer quitte le bureau du premier ministre pour devenir ambassadeur du Canada aux États-Unis. Les néo-démocrates choisissent Greg Selinger, le ministre des Finances de longue date de Doer, pour les mener aux prochaines élections.

Néo-démocrates, 2011

Sous Selinger, le NPD remporte un quatrième mandat consécutif et remporte un record de 37 sièges. Les progressistes-conservateurs obtiennent 44 pour cent du vote populaire, mais n’obtiennent que 19 sièges – le même nombre qu’en 2007. McFadyen annonce le soir de l’élection qu’il démissionnera. Brian Pallister lui succède en 2012. La situation politique commence à changer en 2013 lorsque le gouvernement néo-démocrate augmente la taxe de vente provinciale.

Progressistes-conservateurs, 2016

Les progressistes-conservateurs dirigés par Pallister balayent le NPD du pouvoir et remportent 40 sièges, soit la plus grande majorité au Manitoba depuis un siècle. Selinger annonce sa démission de son poste de chef du NPD le soir des élections et est remplacé en 2017 par Wab Kinew.

Progressistes-conservateurs, 2019

Pallister déclenche des élections un an avant la date prévue et remporte un deuxième mandat consécutif avec 36 sièges. Les néo-démocrates augmentent leur nombre de sièges, passant de 12 à 18. Après le début de la pandémie de COVID-19, le soutien aux conservateurs dans les sondages d’opinion chute fortement. Pallister démissionne en 2021 et les progressistes-conservateurs choisissent Heather Stefanson comme chef après une victoire serrée contre l’ancienne députée Shelly Glover.

Néo-démocrates, 2023

Le NPD remporte un gouvernement majoritaire, ce qui signifie que le chef du parti, Wab Kinew, est sur le point de devenir le premier premier ministre provincial des Premières Nations du Canada. La réforme des soins de santé était au centre de la campagne du NPD, tandis que les progressistes-conservateurs vantaient les réductions d’impôts. Vers la fin de la campagne, les conservateurs sont passés à l’offensive suite aux appels visant à fouiller la décharge privée de Prairie Green, au nord de Winnipeg, à la recherche des restes de deux femmes autochtones assassinées. Les publicités, y compris de grands panneaux d’affichage promettant que les conservateurs « resteraient fermes » en s’opposant à une perquisition pour des raisons de sécurité, ont été critiquées de nombreux côtés.

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 3 octobre 2023.

La Presse Canadienne

[ad_2]

En Sports

Back to top button