Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Un retour à la normale encore loin à Hollywood

[ad_1]

Los Angeles (États-Unis)

De notre correspondant

Comme chaque matin depuis plusieurs mois, Terry Wilkerson était présent sur le piquet de grève devant les studios Warner Bros. à Burbank, en Californie. Aujourd’hui, pour la première fois, un parfum de victoire flotte dans l’air. « L’accord entre la Writers Guild of America (WGA, le syndicat des scénaristes, NDLR) et les studios ont insufflé parmi nous un regain d’optimisme »explique cet acteur et scénariste, qui a notamment joué dans la série URGENCES Et Affaire classée.« Les acteurs ont désormais l’espoir d’être peut-être les prochains à obtenir des progrès et à pouvoir retourner au travail ! »

Signe encourageant d’une potentielle sortie de crise, le syndicat SAG-Aftra, qui compte 160 000 adhérents dont 65 000 acteurs, a annoncé mercredi 27 septembre la reprise des négociations avec les studios à partir du lundi 2 octobre. « Cela ne s’était pas produit depuis le début de la grève des acteurs en juillet »se souvient l’actrice et capitaine de piquet Chelsea Schwartz.

Même optimisme de la part de Jason Squire, professeur agrégé à la School of Cinematic Arts de l’Université de Californie du Sud : « La résolution de la grève des scénaristes pourrait faciliter la tâche de la SAG-Aftra, étant donné qu’il existe désormais un précédent », confirme-t-il. Cependant, parvenir à un accord avec les studios pourrait prendre encore plusieurs semaines, au plus tôt. « d’ici fin octobre »il prédit.

Les acteurs partagent avec les scénaristes certaines des revendications pour lesquelles la WGA a obtenu des gains importants, par exemple un bonus lorsqu’une série ou un film rencontre un certain succès sur une plateforme de streaming. Mais « le syndicat SAG-Aftra entend également obtenir des avancées sur des besoins très spécifiques des acteurs » qui n’ont pas encore été évoqués à la table des négociations, estime Chelsea Schwartz. « Nous sommes particulièrement inquiets du clonage de notre image et de notre voix dans le cadre de l’utilisation de l’intelligence artificielle. »

Autre problème que les acteurs souhaitent voir réglementé et limité : le recours désormais quasi systématique par les studios à des auditions auto-filmées. « Depuis la pandémie, les acteurs ne se rendent plus aux castings : on leur demande de réaliser eux-mêmes des vidéos de leurs tentatives.dit Chelsea Schwartz. Les producteurs exigent de plus en plus des images de qualité qui nécessitent du matériel coûteux et dont la production alourdit notre charge de travail : nous sommes désormais attendus à la fois acteurs et vidéastes. »

Après presque trois mois d’une grève épuisante qui a pesé sur leurs finances personnelles, de nombreux membres de la SAG-Aftra rêvent d’une sortie de crise rapide. Mais même si un accord était trouvé dans les semaines à venir, la machine hollywoodienne, déstabilisée par quelque 150 jours de grève, pourrait mettre encore plusieurs mois avant de se remettre complètement en marche.

« L’industrie risque de se retrouver face à un goulot d’étranglement : tout le monde voudra reprendre la production en même temps, alors qu’il n’existe qu’un nombre limité de studios insonorisés à Hollywood », note Terry Wilkerson. « C’est un problème d’offre et de demande. Avant, le planning des tournages était décalé. »un producteur hollywoodien a récemment déclaré au magazine Variété.

Cependant, l’industrie veut recommencer à produire du contenu « d’ici la fin de l’année car Hollywood connaît un ralentissement d’activité en décembre et janvier à cause des vacances »» déclare Miranda Banks, directrice du département d’études sur le cinéma, la télévision et les médias à l’Université Loyola Marymount de Los Angeles. «Cette échéance permettrait aux projets de sortir plus rapidement en salles au printemps. C’est aussi la fin de l’exercice pour les studioset ce serait donc une manière de reconstituer leurs revenus trimestriels. » Warner Bros. Studios Discovery prévoit déjà des pertes astronomiques s’élevant à 500 millions de dollars.

[ad_2]
Fr1

Back to top button