Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Un parti populiste suisse rebondit et les Verts sombrent aux élections. C’est un grand changement par rapport à 2019

[ad_1]

Contenu de l’article

GENÈVE (AP) — Le parti populiste anti-immigration du Parti populaire suisse a rebondi après des pertes cuisantes il y a quatre ans pour consolider et étendre son emprise en tant que plus grande faction parlementaire après les élections, selon les résultats officiels, alors que deux partis soucieux de l’environnement ont perdu du terrain malgré un glacier record. fondre dans le pays alpin.

Les sondages pré-électoraux suggéraient que les électeurs suisses avaient trois préoccupations principales : la hausse des tarifs du système d’assurance maladie obligatoire et basé sur le marché libre ; le changement climatique, qui a érodé de nombreux glaciers suisses ; et les inquiétudes concernant les migrants et l’immigration.

Contenu de l’article

Le décompte final dimanche soir a montré que le parti populaire, connu sous le nom d’UDC sous son acronyme allemand, a remporté neuf sièges par rapport au dernier vote en 2019 et a grimpé à 62 au total sur les 200 sièges de la chambre basse du Parlement. Les socialistes, en deuxième position, ont ajouté deux sièges pour atteindre 41 dans cette chambre, connue sous le nom de Conseil national.

Il s’agit du dernier signe d’un virage à droite en Europe, après les victoires ou les gains électoraux des partis conservateurs dans des pays comme la Grèce, la Suède et l’Italie au cours de l’année dernière, même si les électeurs polonais ont rejeté leur gouvernement national conservateur la semaine dernière.

Une nouvelle alliance politique baptisée Le Centre, née de la fusion en 2021 des partis de centre-droit chrétien-démocrate et bourgeois-démocrate, a fait ses débuts aux élections législatives et a pris la troisième place – avec 29 sièges, éclipsant le parti libéral libéral, qui a perdu. un siège et en aura désormais 27.

Les factions écologistes ont été les plus grands perdants : les Verts ont perdu cinq sièges et en auront désormais 23, tandis que les Libéraux-Verts, plus centristes, en ont perdu six et en auront désormais 10.

L’analyste politique Pascal Sciarini de l’Université de Genève a déclaré lundi que le résultat était en grande partie un « retour de pendule » et que le soutien aux Verts était dilué en partie parce que de nombreux électeurs estimaient qu’ils avaient déjà fait un grand pas vers la protection de l’environnement en adoptant massivement en approuvant en juin un projet de loi climatique qui réduira les émissions de gaz à effet de serre de la Suisse.

Partagez cet article sur votre réseau social

[ad_2]

financialpost

Back to top button