Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Un groupe affirme que le Canada a ignoré le processus d’attribution du monument afghan

[ad_1]

OTTAWA –

Un groupe d’architectes choisi par un jury pour construire un monument à la mission du Canada en Afghanistan affirme que la décision du gouvernement d’attribuer le contrat à un autre groupe est scandaleuse et antidémocratique.

Anciens Combattants Canada a annoncé en juin la commande d’environ 3 millions de dollars, l’attribuant à une équipe dirigée par l’artiste autochtone Adrian Stimson.

« C’est tellement antidémocratique », a déclaré Renée Daoust, porte-parole de l’équipe Daoust, qui s’est classée première dans la compétition.

« Ils ne respectent pas les règles de passation des marchés publics qu’ils ont établies, et pour nous, c’est vraiment inacceptable », a-t-elle déclaré.

L’équipe comprenait la firme Daoust Lestage Lizotte Stecker, l’artiste Luca Fortin et l’ancienne juge de la Cour suprême Louise Arbour, qui a agi comme conseillère lors de la mission en Afghanistan.

Daoust a déclaré qu’ils avaient appris qu’ils avaient remporté le concours quelques heures seulement avant qu’Anciens Combattants Canada ne tienne une conférence de presse le 19 juin – et qu’on leur avait alors dit que le gouvernement allait annuler le choix du jury.

« Nous avons dit : ‘Eh bien, c’est tellement injuste. Pourquoi fais-tu ça ? »‘, a-t-elle déclaré.

L’explication donnée à l’équipe et aux journalistes lors de la conférence de presse était que les vétérans qui ont participé à un sondage anonyme en ligne préféraient l’offre de l’équipe Stimson.

Daoust a été informée qu’elle avait 10 jours pour déposer une plainte officielle auprès du Tribunal canadien du commerce extérieur, ce qu’elle a fait. L’équipe a également écrit des lettres au gouvernement fédéral, en vain.

« Si, dès maintenant, les principales œuvres d’art publiques ou éléments architecturaux du Canada sont sélectionnés sur la base d’une enquête, cela est très, très inquiétant. Nous avons dit : ‘Vous créez un précédent très dangereux' », a déclaré Daoust.

Le jury a examiné les conceptions de cinq équipes finalistes et a choisi le gagnant en novembre 2021. Parmi les jurés figuraient le PDG de la Winnipeg Art Gallery, des architectes, un vétéran de la guerre en Afghanistan, une mère de la Croix d’argent, l’ancienne ambassadrice du Canada en République islamique d’Afghanistan. Afghanistan et directeur adjoint du Centre d’étude sur la guerre et la société de l’Université du Nouveau-Brunswick.

Daoust a obtenu une note grâce à une demande d’accès à l’information qui montre que le ministère des Anciens Combattants a demandé au ministère du Patrimoine d’annuler le choix du jury.

La note du 5 février, qu’elle a partagée avec La Presse canadienne, a été envoyée au ministre de l’époque, Pablo Rodriguez.

Il indique que la conception de l’équipe Stimson a reçu les commentaires les plus favorables du public, suivie par celle de l’équipe Daoust, et que « déterminer le « choix du public » ou fournir un classement entre les conceptions proposées n’étaient pas des objectifs de l’enquête. »

Il note que le ministre du Patrimoine « est responsable de la mise en œuvre de la politique sur les monuments commémoratifs nationaux sur les terres fédérales dans la région de la capitale du Canada » et qu’Anciens Combattants prendra la direction des communications avec le public une fois la décision approuvée.

« Les retards dans l’attribution d’un contrat de développement de conception entraîneront probablement une augmentation des coûts pour l’ensemble du projet », indique la note.

Rodriguez a accordé son approbation le 11 mai. De grandes parties du mémo ont été expurgées.

Le monument devrait être construit dans le quartier des plaines LeBreton à Ottawa, en face du Musée canadien de la guerre, près du Mémorial national de l’Holocauste. Cela a été promis pour la première fois par l’ancien premier ministre conservateur Stephen Harper en 2014.

Il faudra peut-être encore deux ou trois ans pour finaliser la conception et la construction, ce qui s’ajouterait à un processus déjà long de plusieurs années.

Le comité des anciens combattants de la Chambre a demandé que la ministre du Patrimoine Pascale St-Onge et la ministre des Anciens Combattants Ginette Petitpas Taylor comparaissent comme témoins pour expliquer la décision.

Les porte-parole de Petitpas Taylor et de St-Onge ont tous deux décliné les demandes d’entrevue jeudi.

Dans une déclaration envoyée par courrier électronique, le bureau de Petitpas Taylor a déclaré que le département avait déterminé que le monument devait refléter les préférences des personnes interrogées.

« Quand il s’agit d’honorer les sacrifices de nos anciens combattants, nous devons les écouter », a déclaré la porte-parole Mikaela Harrison.

Stimson était un ancien membre des Forces armées et s’est joint au Programme des artistes des Forces canadiennes en tant que civil en 2010. Il a passé du temps en Afghanistan et a déclaré en juin qu’il avait intégré cette expérience dans la conception.

Son dessin inclura les noms des 158 militaires canadiens tués dans le conflit.

La mission de 13 ans en Afghanistan a impliqué plus de 40 000 membres des Forces armées canadiennes.

On estime que 47 245 civils afghans ont été tués dans le conflit entre 2001 et 2021, ainsi que 66 000 policiers et militaires nationaux et plus de 51 000 talibans et combattants de l’opposition.


Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 5 octobre 2023.

[ad_2]

En polices

Back to top button