Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Science et technologie

Un Bordelais atteint de la maladie de Parkinson remarche grâce à une neuroprothèse : « C’est une révolution »

[ad_1]

Voir mon actualité

Grâce à une neuroprothèse, des chercheurs viennent de permettre à un patient bordelais (Gironde) atteint de la maladie de Parkinson, de retrouver toute sa capacité à marcher.

On doit cette avancée révolutionnaire, survenue en novembre 2023, à une équipe de neuroscientifiques français et suisses spécialisés dans les systèmes de liens directs entre le cerveau et les ordinateurs.

« C’était extraordinaire de voir le visage de Marc s’illuminer comme ça, de le voir reprendre goût à vivre, c’était un grand moment pour le patient et pour l’équipe », confie à L’actualité bordelaise Erwan Bezard, chercheur à l’université de Bordeaux, chargé de recherche aux côtés de Grégoire Courtine et Jocelyne Bloch.

Comment fonctionne cette neuroprothèse ?

La maladie de Parkinson est la conséquence de la perte d’une famille de neurones produisant de la dopamine. La plupart des traitements se concentrent sur les régions du cerveau directement touchées par cette perte ; mais la prothèse fonctionne différemment. De la électrodes sont placés à des points spécifiques de la colonne vertébrale, et remplacer l’action du cerveau.

Déjà testée sur des personnes tétraplégiques depuis 2015, la neuroprothèse « stimulation coordonnée de la moelle épinière», et réveille ainsi chaque muscle impliqué dans la marche grâce à un algorithme qui reproduit leur temporalité.

Il permet de « restaurer la fluidité des mouvements, le balancement des bras, la posture du corps, fait disparaître les gelages (blocage brutal, Note de l’éditeur) et chutes », précise Erwan Bezard, également fondateur de l’Institut Bordelais des Maladies Neurodégénératives. « Cette neuroprothèse est une véritable révolution en devenir», se réjouit-il.

Non disponible avant quatre à cinq ans

« Maintenant, je peux marcher d’un point à un autre sans me soucier de la manière dont je vais y arriver », a déclaré à l’AFP Marc, qui a testé la prothèse. Libérer. Je peux me promener, faire du shopping seule. Va faire ce que je veux. »

Vidéos : actuellement sur Actu

Le Bordelais est l’un des deux seuls patients à avoir pu tester la prothèse, actuellement en loin d’être commercialisé. Deux études cliniques doivent encore être menées : la première impliquera six patients, qui testeront des neuroprothèses créées par un seul fabricant. Cela devrait prendre entre 18 mois et deux ans.

Une étude multicentrique impliquant Bordeaux, Lausanne et New York aura ensuite lieu sur une vingtaine de patients. Il faudra donc attendre entre quatre et cinq ans, minimum, afin qu’il soit approuvé et rendu accessible à tous les patients atteints de la maladie de Parkinson.

Erwan Bezard imagine qu’il sera pris en charge par l’Assurance Maladie à hauteur d’un certain montant. « Collectivement, sommes-nous prêts à payer pour les progrès et les innovations en matière de santé, et à quel prix ? », interroge le directeur de recherche à l’Inserm.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon Actu.



[ad_2]

Gn Ca tech

Back to top button