Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Trump parle de son élection et de sa dictature

[ad_1]

Dans un an, les électeurs américains décideront s’ils souhaitent ou non installer un dictateur à la Maison Blanche. Donald Trump ne cache plus ses ambitions de gouverner à la manière des dirigeants des démocraties dites « illibérales ». Il marche dans les traces d’autres dictateurs comme Recep Tayyip Erdogan en Turquie ou Viktor Orban en Hongrie. Jeudi, Trump a suggéré qu’il pourrait utiliser le FBI et le ministère de la Justice pour neutraliser ses adversaires. Les développements internes aux États-Unis sont devenus une préoccupation pour les dirigeants du monde entier. Nous sommes particulièrement vulnérables à cette évolution au Canada.

1) Qu’a dit Trump ?

Trump a essentiellement déclaré que puisque les démocrates avaient utilisé le FBI et le ministère de la Justice comme armes, il était prêt à faire la même chose s’il était élu. Cependant, les démocrates n’ont pas utilisé le FBI et le ministère de la Justice comme une arme contre Trump. La justice américaine souffre de plusieurs failles, mais elle reste indépendante du système politique. Les poursuites contre Trump ne viennent pas des dirigeants démocrates. Si les juges et les procureurs devaient répondre à des enquêtes sur leurs allégeances politiques, ils trouveraient probablement la même proportion de républicains et de démocrates que parmi les électeurs instruits.

2) Pourquoi la déclaration de Trump est-elle inquiétante ?

Trump ne serait pas le premier homme politique à utiliser les institutions politiques d’un pays pour neutraliser ses opposants. C’est ce que font la plupart des dictateurs. C’est également l’une des raisons pour lesquelles les démocraties sont extrêmement strictes en matière d’autonomie et d’indépendance du pouvoir judiciaire.

3) Le système judiciaire américain est-il autonome et indépendant ?

L’autonomie et l’indépendance du système judiciaire américain ne sont pas parfaites. Par exemple, les juges de la Cour suprême sont nommés par le Congrès, ce qui influence ensuite les jugements politiques que doit rendre le tribunal. Mais dans le domaine pénal, comme dans la plupart des affaires civiles, l’impartialité de la Cour suprême n’est pas remise en cause. De même, le système judiciaire américain, dans son ensemble, est impartial. Trump veut que les gens croient le contraire parce qu’il sait qu’il risque d’être reconnu coupable.

4) Pourquoi les évolutions aux États-Unis sont-elles inquiétantes ?

Les États-Unis restent la démocratie la plus puissante du monde. Le système politique américain est une référence pour ceux qui aspirent à la démocratie. La désintégration de la démocratie américaine, en cours depuis longtemps, ne peut que discréditer l’idée de démocratie. Pourtant, les dirigeants chinois et russes tentent depuis plusieurs années de faire croire que leur modèle de société est aussi légitime que celui des démocraties. Les dictateurs veulent toujours croire qu’ils gouvernent pour le bien de tous. Lorsqu’ils sont éclairés, ce qui est rarement le cas, leur dictature peut être supportable. Mais quand ils sont incompétents, ce qui est le plus souvent le cas, leur peuple en souffre et ils sont pratiquement inamovibles.

5) Dans quelle mesure le Canada est-il vulnérable aux changements de la politique américaine ?

Comme chacun le sait, le Canada a longtemps été influencé par la culture américaine, pour le meilleur ou pour le pire. Les provinces de l’Ouest sont très influencées par des courants politiques proches du trumpisme. Toutefois, étant donné que les institutions politiques canadiennes et québécoises sont très différentes de celles des États-Unis, il serait difficile pour un Trump canadien de les manipuler en sa faveur.



[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button