Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Tristesse dans ma fan zone

[ad_1]

Tristesse dans ma fan zone

Mes deux grands garçons ont réuni le ban et l’arrière-ban des amis avec qui ils ont passé une merveilleuse jeunesse, leurs amis rugbymen pour regarder ensemble le match France-Afrique du Sud. Ils se connaissent depuis quinze ans et la complicité que le rugby crée entre ceux qui le pratiquent a fait d’eux des frères. Ils sont importants pour mes fils, cela se voit dans la façon dont ils se connaissent. Leur drôle d’idée est d’installer un vidéoprojecteur au bout de notre impasse parisienne pour partager leur joie à venir. Ils ne veulent pas faire ça avec un verre de vin chaud sur un canapé comme leur père et ses amis. Ils veulent et ont besoin d’être dehors.

Bien sûr, ils subissent les conseils prudents du père qui trouve l’idée bonne mais un peu intimidante. « Vous êtes sûrs les gars ? » Ne vous faites pas arrêter par la gendarmerie, ne cassez pas le vidéoprojecteur, ne faites pas trop de bruit. » Mais ils insistent et ils ont raison. Ils achètent des rallonges, des bières. Ils gribouillent leurs excuses aux voisins, leur disant d’apporter une chaise s’ils veulent se joindre à la fête. C’est fragile mais drôle. Une fan zone de quartier qui sent l’amitié et le partage.

Sauf que l’équipe sud-africaine ne le savait pas. Si elle avait su ce qu’ils faisaient, ces rugbymen, pour voir la France gagner, ils n’auraient pas battu la France. Cela n’arrive pas, messieurs. Quand on est invité, on arrive à l’heure, c’est bien, on dit bonjour, c’est bon, on chante une chanson, c’est bien aussi. Mais on ne bat pas le pays hôte, juste d’un point de plus, c’est mesquin. Et qu’est-ce que je fais avec mes gars, là-bas, quand le coup de sifflet final retentit ? Les Sud-Africains, en note artistique, déjà, je leur donne 2/20, c’était brutal, un rugby qui ne joue pas, un rugby qui bloque, super pénible, académiquement parfait, mais inintéressant au possible. Les Français, s’ils avaient vu comment mes fils les attendaient, ils auraient fait plus d’efforts, ils se seraient envoyés. L’arbitre, s’il avait vu aussi ce qu’on espérait, il aurait mieux fait son travail, le gars, il était consumé par l’enjeu, pas au niveau, une vraie trompette. Mes petits et leurs frères se sont séparés, tristes et déçus. Messieurs les rugbymen, Monsieur l’arbitre, vous auriez pu faire un effort.

[ad_2]
Fr1

Back to top button