Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

Temple de la renommée : Goyette et Sauvageau ne sont pas surpris par l’intronisation de Ouellette

[ad_1]

MONTRÉAL – Avant 2023, neuf femmes avaient été intronisées au Temple de la renommée du hockey. Une 10ème viendra s’ajouter à la liste lundi soir, ce qui n’étonne pas deux compatriotes qui peuvent témoigner du travail qu’elle a accompli et des sacrifices qu’elle a consentis pour atteindre le sommet de la pyramide.

La Montréalaise Caroline Ouellette deviendra, lundi soir, la 10e femme à être admise au Temple de la renommée du hockey. Elle se joindra à un groupe restreint qui comprend, entre autres, la Québécoise Danielle Goyette.

«Pour être honnête, je n’ai pas été surpris», a déclaré Goyette dans une entrevue avec La Presse Canadienne.

« Ce n’est pas quelque chose qui s’est produit du jour au lendemain. Elle a mis beaucoup d’efforts dans tout ce qu’elle a accompli», a ajouté Goyette, qui a remporté deux médailles d’or olympiques avec Ouellette, en 2002 et 2006.

Danièle Sauvageau, qui a notamment dirigé Ouellette lors du triomphe olympique de 2002, prononce un discours semblable à celui de Goyette.

«C’était une question de temps», a résumé Sauvageau à propos de celle qui a remporté quatre médailles d’or aux Jeux olympiques, entre 2002 et 2014, et qui a amassé 26 points, dont neuf buts, en 20 Jeux olympiques.

« Il y a des talents naturels et il y a des talents formés. Caroline Ouellette est un talent sur lequel elle a travaillé pour l’amener au niveau qui l’a menée au sein de l’équipe nationale. Je pense que c’est tout à son honneur, dans le sens où elle a su capitaliser sur les opportunités qui lui étaient offertes», a déclaré Sauvageau.

Lorsqu’elle pense à Ouellette, Goyette se souvient non seulement de l’athlète travailleuse et talentueuse, mais aussi de la coéquipière exceptionnelle qu’elle était.

« Caroline a toujours eu un côté où elle était attirée par son entourage. C’était important pour elle que l’équipe ait du contact, que tout le monde se porte bien. Elle était très appréciée de ses coéquipières. Elle a pu établir des contacts avec plusieurs joueurs de l’équipe», se souvient Goyette.

L’intronisation de Ouellette lundi soir couronnera une année pleine d’émotions pour le Montréalais de 44 ans. Plus tôt en 2023, elle a reçu le même honneur de la Fédération internationale de hockey sur glace.

«Cela me semble surréaliste», a déclaré Ouellette. Ce n’était pas quelque chose qui était possible pendant la majeure partie de ma carrière. Lorsque des femmes ont commencé à être intronisées au Temple de la renommée du hockey, j’ai regardé cela avec beaucoup de fierté parce que beaucoup de ces femmes – les neuf avant moi – m’ont inspiré, elles m’ont aidé tout au long de mon parcours. de ma carrière. Cela donne un grand sentiment de fierté. »

Ayant elle-même été intronisée au Temple de la renommée du hockey en 2017, Goyette peut prédire que Ouellette passera un week-end inoubliable à Toronto.

« Ce que je dirais à Caroline et que j’ai dit aux joueurs qui sont venus après moi, c’est de profiter de ce week-end. Je pense qu’elle va être là et qu’elle ne reviendra pas. C’est le week-end qui restera là, dans les souvenirs, dans sa mémoire. »

Goyette croit également que l’intronisation au Temple de la renommée du hockey est le plus grand honneur qu’un joueur de hockey puisse recevoir. C’est ce qu’elle ressent encore aujourd’hui, six ans plus tard.

« Lorsque vous entrez au Temple de la renommée, vous faites partie du monde que vous avez admiré toute votre vie. En tant que personne, ce sont des choses qui, selon vous, ne pourraient pas vous arriver un jour. Ce n’est pas quelque chose dont on rêve, parce que c’est tellement spécial et limité », a déclaré Goyette.

[ad_2]

Gn Ca sport

Back to top button