Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

Surveillance à distance : un premier dispositif médical supporté

[ad_1]

Dernier né de la grande famille de la télémédecine, qui comprend déjà la téléconsultation et la télé-expertise, la télésurveillance est en plein développement. Pour rappel, « la télésurveillance permet à un professionnel de santé d’interpréter à distance, grâce à l’utilisation d’un dispositif médical numérique, les données de santé du patient collectées sur son lieu de résidence et de prendre des décisions relatives à sa prise en charge. en charge « . La surveillance à distance a été généralisée en juillet dernier.

Des patients atteints du cancer

Au Journal Officiel du 25 octobre, un premier arrêté officialise la prise en charge par l’Assurance Maladie d’un dispositif médical numérique, CUREETY TECHCARE, dans le cadre d’une activité de télésurveillance « de patients adultes atteints d’un cancer sous traitement systémique et/ou traité par radiothérapie. Les tumeurs concernées sont les suivantes :

  • « Tumeurs du cerveau ou du système nerveux central ;
  • Tumeurs des tissus hématopoïétiques ou lymphoïdes ;
  • Tumeurs malignes, à l’exception des tumeurs primitives des tissus lymphoïdes, hématopoïétiques, du système nerveux central ou de ses tissus apparentés ;
  • Tumeurs in situ, à l’exception des tissus lymphoïdes, hématopoïétiques, du système nerveux central ou apparentés ;
  • Tumeurs à progression imprévisible, à l’exception des tissus lymphoïdes, hématopoïétiques, du système nerveux central ou apparentés ;
  • Tumeurs d’évolution inconnue, à l’exception des tissus lymphoïdes, hématopoïétiques, du système nerveux central ou apparentés. »

Les patients éligibles à cette activité de suivi à distance sont ceux « soumis à des consultations de suivi dans le cadre de leur suivi conventionnel et consentants ». Le décret répertorie également tous les patients qui pourraient ne pas être éligibles.

Logiciel pour médecins et patients

CUREETY TECHCARE est un logiciel, composé d’une plateforme destinée à l’équipe de suivi à distance, et d’une application mobile réservée aux patients, permettant le recueil des symptômes. Les opérateurs de télésurveillance sont, conformément à la législation, « les médecins spécialisés en oncologie médicale, oncologie-radiothérapie ou oncologie-hématologie, ou les médecins spécialistes qualifiés titulaires d’un diplôme d’études spécialisées complémentaires (DESC) option oncologie « traitements médicaux des cancers » ou formation transversale spécialisée en oncologie des traitements médicaux des cancers, variation en oncologie adulte, en charge de la première prescription, des adaptations liées au changement de traitement et aux renouvellements éventuels ».

Infirmières et pharmaciens

L’infirmier, dans le cadre de ses compétences propres ou d’un protocole de coopération, peut participer à la surveillance à distance, au même titre que le pharmacien hospitalier, en triant les alertes. De plus, les professionnels en charge de cette surveillance à distance doivent être formés à l’utilisation de ce logiciel, tandis que les infirmières, en ce qui les concerne, doivent avoir suivi, dans le cadre de leur formation professionnelle continue (DPC), une formation en oncologie. , et possède douze mois d’expérience en oncologie. Par ailleurs, au moins un membre de l’équipe de télésurveillance doit avoir été formé en éducation thérapeutique.

Alertes

« Les modalités de suivi par l’équipe de télésurveillance médicale consistent en un suivi quotidien du tableau de bord de la file d’attente active des patients télésuivis et un filtrage des alertes reçues », précise le décret. L’équipe doit répondre aux alertes rouges dans les 24 heures et aux alertes orange dans les 48 heures. Après avoir trié les alertes, le médecin chargé de la télésurveillance les analyse et adapte son traitement si nécessaire.

Du côté du patient, ce dernier reçoit des messages en fonction du niveau d’alerte :

  • « en cas d’alerte rouge « état critique » : l’application indique au patient de contacter le 15 ou d’appeler la ligne de garde de l’hôpital selon le protocole défini avec les équipes soignantes ;
  • en cas d’alerte orange « condition à surveiller » : le patient est sensibilisé à la nécessité d’obtenir un avis médical dans un délai raisonnable (24 à 48 heures) auprès de l’établissement de santé ou de son médecin traitant ou pharmacien. ville en raison de symptômes à surveiller ;
  • en cas d’alerte jaune « état affaibli » : le patient reçoit un message rassurant, l’invitant à consulter les conseils thérapeutiques associés aux symptômes signalés, et fait l’objet d’une alerte auprès de l’équipe de télésurveillance. »

Des prix

Une première étape initiale de mise en place de la télésurveillance dure un mois puis la première session de télésurveillance dure six mois, renouvelable. L’opérateur de télésurveillance est rémunéré 28 € par mois et par patient tandis que le distributeur CUREETY TECHCARE reçoit 50 € par mois et par patient.

Dans le même journal officiel, un décret fixe « les valeurs de compensation financière pour l’activité de télésurveillance médicale dans le cadre de la prise en charge anticipée numérique par l’Assurance Maladie » pour tous types de télésurveillance. Pour une file d’attente active comprise entre 0 et 4 999 patients, le forfait mensuel par patient et par mois versé au distributeur est de 50 €, mais descend à 12,50 € pour une file d’attente active de plus de 100 000 patients.

[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button