Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

Sur France Inter, un micro trottoir en guise d’explication mais pas d’excuse pour le retour de l’humoriste Guillaume Meurice

[ad_1]

Pour son retour à l’antenne de France Inter, dimanche 12 novembre, Guillaume Meurice a d’abord, dans la première heure de l’émission « Le Grand Dimanche Soir », diffusée de 18 heures à 20 heures, joué la carte de l’ironie. « Es-tu là? »» a demandé l’animatrice de l’émission, Charline Vanhoenacker. «Je ne sais pas encore pour combien de temps. Mais mon badge est toujours activé, donc je suis là. »

Revenant, vers 19h25, sur l’émoi suscité par sa chronique du 29 octobre, Guillaume Meurice a d’abord remercié, usant d’un humour cinglant, « pour les messages de soutien » et le « messages personnels d’amour » – entendre : de la haine – qu’il a reçue.

Puis, fidèle à son habitude du micro trottoir et « par souci d’apaisement », il a donné la parole à des interlocuteurs inattendus. En l’occurrence, un collectif juif décolonial, Tsedek !, qui « lutte contre le racisme d’État en France et pour la fin de l’apartheid/occupation en Israël/Palestine » (d’après son compte Instagram), de sorte qu’il souscrit à ce qu’il voulait exprimer d’une manière au moins très concise.  » (Premier ministre israélien Benyamin) Netanyahu soutient un mouvement de fascisation du champ politique de la société israélienne» a déclaré un représentant du collectif. La coalition qui lui a permis d’accéder au pouvoir et qui est actuellement aux commandes en Israël est composée de ministres qu’on n’hésiterait pas à qualifier de néo-nazis si ce n’était Israël. »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Un sketch de Guillaume Meurice embarrasse Radio France

Le 29 octobre, l’humoriste a qualifié le Premier ministre israélien de «Nazi sans prépuce», déclenchant une polémique à grande échelle. Le 31 octobre, la directrice de France Inter, Adèle Van Reeth, a reconnu « Partagez le malaise » » exprimé par des centaines d’auditeurs, tandis que Sibyle Veil, la patronne de Radio France, lui a adressé un avertissement le 6 novembre. Une sanction disciplinaire que Guillaume Meurice compte contester auprès des prud’hommes, comme il l’a annoncé au Monde le même jour.

Le Studio 620 privé de public suite à des menaces de mort

« Si nous sommes ici ce soir, c’est parce que nous avons surmonté nos divergences et que nous avons confiance en Guillaume »a expliqué Charline Vanhoenacker au début de l’émission, dimanche peu après 18 heures, précisant utiliser le premier degré pour être « bien compris pour tout le monde »le chef du groupe avait expliqué que si les auditeurs avaient été « choqué, ou blessé, ou les deux » par  » une blague «  de son collègue, s’ils avaient « ri » avant  » regretter « si les mots utilisés avaient  » gêné « ,  » diviser « , « fait réfléchir » ou même fait « traverser plusieurs états », ils n’étaient pas les seuls. La vingtaine de collaborateurs de l’émission avaient également été touchés par des sentiments similaires, à l’origine de « des débats sans fin » entre eux.

Il vous reste 25% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

[ad_2]

Gn Ca ent

Back to top button