Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Sommet de l’Est | Un beau mélange d’idées pour développer « l’immense potentiel » de l’Est

[ad_1]

(Ottawa) Elle se présente encore aux yeux de certains comme « la fille de l’est de Montréal ». Maintenant qu’elle a sa place à la table du Cabinet au sein du gouvernement Trudeau, la ministre Soraya Martinez Ferrada entend déployer les efforts nécessaires, avec Québec et Montréal, pour revitaliser ce secteur de la métropole.




Des projets structurants, des idées, des ambitions seront discutés lundi lors du Sommet de l’Est qui se déroulera au Stade olympique et qui devrait réunir quelque 600 participants, assure le ministre du Tourisme, qui est également responsable de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec.

Ce sommet est organisé par la Chambre de commerce de l’Est de Montréal. Mais c’est aussi l’aboutissement d’une promesse faite par le député d’Hochelaga lors de la campagne électorale de 2019.

« Je m’étais engagé à tenir un sommet socio-économique parce que Montréal et Québec avaient signé la déclaration pour l’Est en 2018. Mais le gouvernement fédéral n’était pas là. Je voulais organiser un sommet de l’Est qui réunirait tous les acteurs des trois niveaux de gouvernement, du secteur privé, du secteur communautaire», a-t-elle expliqué.

Ce sera un moment où tous les grands esprits se rassembleront pour se mobiliser.

Soraya Martínez Ferrada

Les sommets, ça donne quoi ? Ils peuvent conduire à de grandes réalisations, assure le ministre, citant le sommet sur la culture organisé en 2008. Ce grand rassemblement où les idées ont été échangées a donné lieu à des investissements de quelque 140 millions de dollars pour les spectacles du District.

« Ce sommet a donné naissance au Quartier des spectacles que nous connaissons aujourd’hui. C’est un grand héritage pour Montréal. À l’époque, l’objectif était de créer une mobilisation pour la culture à Montréal. Aujourd’hui, après presque 15 ans, nous voyons ce que cela a permis de réaliser. Je veux qu’on puisse faire la même chose pour l’Est de Montréal », a-t-elle déclaré.

Dans le budget 2021, la ministre des Finances, Chrystia Freeland, a également indiqué qu’Ottawa était prêt à sortir le chéquier pour financer des projets de développement dans l’est de Montréal.

« L’est de Montréal a une longue histoire d’activité industrielle et des travaux sont en cours pour revitaliser le secteur pour l’économie de demain. Ce secteur a le potentiel de devenir une plaque tournante pour la recherche innovante ainsi que pour les start-ups et les entreprises en expansion », indique le budget fédéral 2021.

« Le gouvernement continue d’appuyer les nouvelles approches visant à favoriser l’innovation, à aider les entreprises à croître et à créer de nouveaux emplois, et étudiera comment il pourrait s’associer pour mieux soutenir les possibilités de développement offertes aux Canadiens partout au pays. toutes les régions, y compris l’Est de Montréal », a-t-on ajouté.

Si ce passage a été retrouvé dans le budget, c’est parce que le député d’Hochelaga a accru la pression sur Mme.moi Freeland.

Un premier investissement

En prévision de ce sommet, un premier investissement a été annoncé vendredi : Ottawa offre près de 8 millions de dollars pour la protection des espaces verts et pour l’acquisition de terrains, si nécessaire, par la Ville de Montréal, dans le quartier Assomption-Sud–Longue- Secteur Pointe, situé dans l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Dans l’entretien accordé à La presseSoraya Martinez Ferrada multiplie les affirmations passionnées sur l’importance que tous les gouvernements doivent accorder au développement de l’Est, qui a toujours été un quartier ouvrier.

« À l’est de Montréal, on l’oublie, mais cela représente 10 % de la population de tout le Québec. C’était l’un des territoires qui contribuaient le plus à l’économie du Québec. Il y avait la carrière Miron, la carrière Francon, les raffineries Shell, tous les industriels étaient là. L’Est de Montréal était le quartier ouvrier.

« Nous avons toujours eu cette perception que c’était gris et pollué. J’habitais à côté de la carrière Miron. Nous y avons vu des camions et des mouettes. Mais l’Est a aussi commencé à se transformer avec la TOHU, la Cité des arts du cirque et la fermeture de la carrière Miron », a déclaré le ministre.

Selon elle, le potentiel de développement est énorme.

Actuellement, dans l’est de Montréal, il y a plus de 40 millions de pieds carrés de terrains à développer. C’est énorme. Et c’est sur l’île de Montréal. Le potentiel est donc définitivement immense.

Soraya Martínez Ferrada

« Je suis une réfugiée politique (du Chili) arrivée dans l’Est de Montréal avec une mère célibataire. Mes grands-parents étaient des gens très instruits, mais une fois arrivés ici, en tant qu’immigrants, ils ont accepté d’autres types d’emplois. Ma mère a été couturière pendant des années. Ma grand-mère faisait le ménage le soir dans un magasin du centre-ville. Mon grand-père était chimiste, mais il travaillait comme boucher. Nous avons toujours vécu à l’Est. Je suis une fille de l’Est de Montréal.

« Pour moi, l’Est a beaucoup apporté au Québec et à son économie. Le port de Montréal est à l’Est. Je me suis toujours dit qu’il fallait trouver une façon de travailler ensemble, tous les niveaux de gouvernement, pour donner à l’Est de Montréal ce que l’Est de Montréal a donné au Québec. »



[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button