Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Série d’explosions en Corse : revendique le FLNC dans un communiqué

[ad_1]

Le Front de libération nationale de la Corse (FLNC) a revendiqué lundi la vingtaine d’explosions contre des immeubles à travers l’île dans la nuit de dimanche à lundi, assurant qu’il n’avait pas « de destin commun avec la France », dans un communiqué diffusé quotidiennement en Corse. -Matin.

« A Francia Fora » (« La France dehors », NDLR), insiste ce texte de quatre lignes signé par le Front de libération nationale corse, à peine quelques heures après les explosions qui ont visé des résidences secondaires, un centre des impôts abandonné ou encore des villas en construction.

Ce communiqué se termine par les slogans respectifs, en langue corse, du FLNC – Union des Combattants et du FLNC 22 octobre, deux mouvements clandestins autrefois rivaux qui avaient déposé les armes au milieu des années 2010 et sont aujourd’hui réunis sous une même bannière. du FLNC.

Dans un communiqué début août, dans lequel il revendiquait 16 attentats dont 11 en 2023 et cinq en 2022 et 2021, le FLNC a appelé à la création d’une « plateforme de résistance patriotique » face à une « colonisation disproportionnée » et à une « processus de destruction du peuple corse ». « Aucun accord entre la Corse et la France ne peut être qualifié d’historique tant qu’il ne ratifie pas la reconnaissance des droits du peuple corse sur son territoire », poursuit le texte.

Pour illustrer cette « résistance patriotique », le mouvement clandestin évoquait l’agent immobilier qui « mettrait le dossier d’un patriote en haut de la pile », les « patrons qui privilégieraient un candidat corse », le corse qui « préférerait vendre son terrain à un jeune couple de leur village » ou encore ceux qui « travailleront pour trouver une autre source de revenus plutôt que de louer leur bien via Airbnb de manière frénétique et exagérée ».

Dans ce texte, le groupe clandestin menaçait également « les Corses complices », qui « devront rendre des comptes » pour « avoir vendu leurs terres et donc leur âme, aux plus offrants ».



[ad_2]

Fr- local

Back to top button