Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Secteur porcin | Le ministre Lamontagne remet en question les primes versées par Sollio

[ad_1]

«Dans le contexte que nous traversons actuellement, il y a certainement lieu de s’interroger», a répondu jeudi matin le ministre André Lamontagne à une question d’un éleveur de porcs lors d’un événement public.


La question portait sur les primes versées par Sollio à une centaine d’éleveurs de porcs au moment où tous les producteurs vendent leur production à rabais afin de sauver le transformateur Olymel, propriété de Sollio.

L’éleveur de porcs de l’Estrie, Sébastien Pagé, a profité de la présence du ministre de l’Alimentation André Lamontagne au Forum stratégique de la fédération Les Éleveurs de porcs du Québec pour l’interroger à ce sujet.

«J’aimerais connaître votre réaction face aux primes qui ont été annoncées par Sollio et qui seront remises à ses membres uniquement avec l’argent de tous les éleveurs de porcs ici au Québec», a déclaré M. Pagé à la fin de son discours. du ministre. La presse assisté à l’événement par vidéoconférence.

« Deux choses ressortent de la situation que vous décrivez », a répondu le ministre à M. Pagé. Premièrement, on constate que les producteurs ne sont pas exposés aux mêmes risques que les autres producteurs. Deuxièmement, nous constatons que les producteurs reçoivent plus de revenus du marché que les autres producteurs. Dans le contexte que nous vivons actuellement, il y a certainement lieu de s’interroger. »

La presse a demandé au président des Éleveurs de porcs du Québec ce qu’il retenait de la réponse du ministre.

«Quand (le ministre) dit qu’il y a des producteurs qui n’ont pas les mêmes risques de marché à gérer, cela veut dire qu’il y a une injustice par cette décision du groupe Sollio», a déclaré Louis-Philippe Roy, 36 ans, éleveur-finisseur. producteur de Saint-Michel-de-Bellechasse.

Nous avons tous contribué à la restructuration d’Olymel. En tant que président des éleveurs, mon rôle est de défendre l’équité entre les producteurs et c’est ce qui est dénoncé dans le cas de Sollio.

Louis-Philippe Roy, président des Éleveurs Porcs du Québec

Olymel a informé les Éleveurs, indique M. Roy, qu’elle n’allait pas faire de profit en 2023. Olymel a perdu 390 millions au total, en 2021 et 2022.

Secteur porcin | Le ministre Lamontagne remet en question les primes versées par Sollio

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Olymel, qui appartient en grande partie à Sollio, est responsable de 80 % des abattages de porcs dans la province.

« L’équité n’est pas là »

Depuis le 30 octobre, le groupe coopératif Sollio et ses coopératives ont augmenté la prime versée aux éleveurs membres de son réseau jusqu’à concurrence de 3 $ par porc.

En raison de la crise qui secoue tant les producteurs que les transformateurs de porc, la filière a conclu en avril dernier une nouvelle entente de commercialisation selon laquelle les 2 500 producteurs de porc s’engagent à vendre leurs animaux à 85 %. du prix du marché américain. De nos jours, cela représente une réduction de 18 $ par 100 kg.

Olymel, qui appartient en grande partie à Sollio, est responsable de 80 % des abattages de porcs dans la province.

«Chaque éleveur a contribué, au cours des deux dernières années, au repositionnement puis à la restructuration d’Olymel», a souligné M. Roy en entrevue. On met comme producteur, moi à la maison, je mets 40$ de remise, je mets 25$ de remise, 5$ de remise ; puis après, nous avons signé une entente qui coûte 18 $ de moins que la province voisine, qui est l’Ontario. Les producteurs ont payé un prix énorme pour leur activité. Quand on arrive avec une prime pour un groupement de producteurs, les fonds propres ne sont pas là», a-t-il dénoncé.

Les pertes financières des éleveurs sont compensées par le Programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA), dont les deux tiers du coût des primes sont assumés par les contribuables québécois. En juin, la Financière agricole, qui administre l’ASRA, a annoncé le versement d’une avance de 103,7 millions aux producteurs de porc. En septembre, 55 millions supplémentaires leur ont été versés.

A noter que la centaine d’éleveurs récompensés par Sollio ont droit au cône à deux boules. Ces éleveurs reçoivent la même rémunération ASRA que les autres producteurs en plus de recevoir la prime Sollio, a confirmé M. Roy.



[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button