Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Salah Abdeslam restera-t-il en prison en Belgique ?

[ad_1]

Salah Abdeslam restera-t-il en prison en Belgique ?

Condamné en France à la perpétuité incompressible pour les attentats du 13 novembre 2015, Salah Abdeslam purgera-t-il sa peine en Belgique ? La question se pose depuis un arrêt rendu mardi 3 octobre par la cour d’appel de Bruxelles : cette instance, saisie par les avocats de Salah Abdeslam, a estimé qu’il ne fallait pas le renvoyer à Paris. Un affront aux autorités françaises qui, l’année dernière, ont trouvé un accord avec leurs homologues belges prévoyant ce retour en France.

L’heure n’est pas encore au conflit diplomatique.  » Sans commentaires « , » disent-ils au ministère français de la Justice où ils attendent la suite des événements. Cette décision de la Cour d’appel n’est, en effet, pas définitive, les autres juges belges devant se prononcer sur le fond de l’affaire dans un délai qui reste difficile à évaluer. « Il est fort possible que cela dure plusieurs années » indique MeDelphine Paci, l’une des avocates de Salah Abdeslam.

Ce dernier est le seul survivant du commando qui, venu de Belgique, a fait 130 morts à Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015. Il a été condamné en juin 2022 à la perpétuité sans réduction. De nombreux avocats, y compris des parties civiles, estimaient alors que le tribunal était allé trop loin avec cette incompressibilité. À leurs yeux, toute personne condamnée, même pour des crimes très graves, devait garder l’espoir de sortir un jour de prison. Dans le cas d’une simple réclusion à perpétuité, une personne condamnée peut demander sa libération après dix-huit ans, à moins que le tribunal ne fixe une peine de sûreté de vingt, vingt-deux ou trente ans.

En cas de peine irréductible, il est impossible de formuler la moindre demande avant un délai de trente ans. « Mais dans le cas de Salah Abdeslam, une demande de liberté, même après un tel retard, n’aura aucune chance d’aboutir », estimations Me Paci. « Une condition prévoit que sa libération restera impossible si elle provoque un trouble à l’ordre public en France. » Après le procès du « V13 », la France a remis provisoirement Salah Abdeslam à la Belgique afin qu’il soit jugé à Bruxelles dans le cadre du procès des attentats du 22 mars 2016 qui ont fait 32 morts dans la capitale belge.

« C’était une sorte de ‘prêt’ temporaire. L’accord prévoyait le retour d’Abdeslam en France à l’issue de ce procès. explique une source judiciaire française. Le mois dernier, la cour d’assises de Bruxelles a jugé qu’il n’était pas nécessaire de prononcer une peine supplémentaire à Salah Abdeslam, déjà condamné à vingt ans de prison en Belgique en 2018 pour une fusillade deux ans plus tôt, contre des policiers puis à cette peine à perpétuité incompressible. à Paris. Mais Salah Abdeslam, de nationalité française, souhaite rester en prison en Belgique. « C’est là qu’il a grandi et c’est là qu’il a tous ses liens. C’est en Belgique qu’il peut recevoir des visites », plaide Me Paci.

Le terroriste a saisi un juge civil de Bruxelles pour s’opposer à son transfert vers la France. Ses avocats ont fait valoir que la peine irréductible n’était pas conforme aux articles 3 et 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui disposent que « Même en détention, la dignité humaine doit être respectée » et « Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance ». En première instance, Salah Abdeslam a été débouté mais en appel, le tribunal lui a donné raison. Si finalement la justice belge maintenait son opposition au transfert du condamné, la situation pourrait devenir controversée.

« Chez nous, la perpétuité irréductible n’existe pas, confie un magistrat belge. Un prisonnier peut demander sa libération après quinze ans. »« Tout cela reste très théorique et il ne faut pas affoler l’opinion publique en laissant entendre qu’en Belgique, cela sortirait au bout de quinze ans. Ce ne sera pas le cas », prévient Me Paci. « Ce n’est pas parce qu’on demande une sortie qu’on sort, confirme un magistrat belge. Et je suis convaincu que, même en Belgique, Salah Abdeslam restera en prison très, très longtemps. »

[ad_2]
Fr1

Back to top button