Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Restes humains au Québec: un entrepreneur veut récupérer sa déchiqueteuse

[ad_1]

Le propriétaire d’une entreprise d’élagage d’arbres où des restes humains ont été retrouvés sollicite l’intervention du tribunal pour récupérer son broyeur, sans quoi il se retrouve en difficulté financière.

Samuel Gauvin s’est retrouvé, malgré lui, au cœur d’une sordide histoire de meurtre pour laquelle il ne fait face à aucune accusation.

En revanche, lors de leur enquête, la police a saisi son broyeur industriel qui aurait servi à écraser le corps de la victime, Santiago Gaona.

Selon son profil Facebook, Santiago Gaona est d’origine colombienne et était basé dans la région de Montréal.

Photo : Facebook

Les restes de la victime ont été retrouvés à Québec le 17 septembre tout près des limites de Saint-Augustin-de-Desmaures, sur le terrain de la firme L’ABC de l’arbre, spécialisée en arboriculture.

L’enquête a permis d’arrêter rapidement François Bouchard, Cassandra Major et Jean-Philippe Lamontage. Ils ont d’abord été accusés d’avoir insulté un cadavre, difficilement identifiable en raison de son état.

Les trois photos de profil des individus.

Les accusés, François Bouchard, Cassandra Major et Jean-Philippe Lamontagne.

Photo : Facebook et Linkedin

Quelques jours plus tard, Bouchard était accusé du meurtre au premier degré du jeune homme de 26 ans, tandis que Lamontagne et Major étaient accusés d’avoir été complices après coup.

Santiago Gaona aurait été tué à Contrecœur, en Montérégie. L’acte d’accusation indique que le meurtre aurait été commis entre le 8 et le 16 septembre.

Gaspillage d’argent

Malgré les arrestations, le propriétaire du commerce où a été retrouvée la dépouille de Santiago Gaona n’a toujours pas pu reprendre possession de sa déchiqueteuse. Il demande donc l’intervention du tribunal.

Dans sa pétition, il fait valoir que le broyeur est indispensable à son travail et que les activités de son entreprise sont paralysées depuis sa saisie.

Des policiers sont rassemblés autour d'une résidence.

La police du Québec a saisi la déchiqueteuse en vertu d’un mandat à des fins médico-légales.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Arsenault

Privé de sa machinerie d’une valeur de près de 100 000 $, Samuel Gauvin se dit incapable d’honorer plusieurs contrats d’élagage, ce qui lui cause de lourdes pertes financières.

Je suis convaincu que les montants seront récupérésmentionne-t-il à Radio-Canada, lors d’un entretien téléphonique. Je continue à travailler avec l’assurancedit le propriétaire de l’entreprise, assurant que les autres Des poursuites judiciaires suivront pour dommages et intérêts.

Le demandeur risque la faillite si son broyeur reste la propriété.

Sa demande doit être présentée à un juge de la Cour du Québec la semaine prochaine.

Libéré?

Les trois coaccusés de la région de Montréal sont tous détenus depuis leur arrestation. En revanche, Cassandra Major espère retrouver sa liberté.

Cette femme de 31 ans a déposé une requête en Cour supérieure dans l’espoir de quitter le centre de détention en attendant son procès.

Une jeune femme aux longs cheveux blonds pose pour la photo.

Cassandra Major est accusée de complicité a posteriori dans l’assassinat de Santiago Gaona et d’indignité envers son cadavre.

Photo : Facebook Kassandra Major

La demande de libération de Cassandra Major doit être présentée vendredi au palais de justice de Québec.

Le dossier des coaccusés doit revenir au tribunal dans deux semaines afin que l’accusation puisse divulguer de nouveaux éléments de preuve aux avocats de la défense.

[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button