Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

Réponse à la polio : l’approche carton rouge, U-report des jeunes, initiatives encourageantes

[ad_1]

Selon le médecin-chef de l’antenne PEV/Kisangani, le Dr Bom’s Bonyoma, il n’existe aucun traitement curatif contre la poliomyélite. « Il existe quand même un traitement préventif, c’est la vaccination », a-t-il déclaré lors d’un entretien avec une équipe de journalistes venus de Kinshasa pour documenter les efforts de lutte contre la polio à Kisangani, dans la province de la Tshopo. Afin d’atteindre tous les enfants lors des vaccinations de routine et des campagnes de vaccination, plusieurs innovations sont utilisées, notamment l’approche carton rouge et la présence de jeunes U-reports.

Selon le Dr Bom’s Bonyoma, l’approche carton rouge veut simplement montrer la gravité de la maladie pour appeler chacun à soutenir tous les efforts visant à stopper sa propagation dans la province de la Tshopo. « A travers l’approche carton rouge et le Youth U-report, stratégies mises en œuvre en partenariat avec l’Unicef, nous continuons à sensibiliser la communauté pour montrer le danger de cette maladie. Notre vision est que d’ici 2030, nous pouvons éradiquer cette maladie. Montrer le carton rouge montre le danger que représente la polio dans la communauté. Ce sont des innovations que nous mettons en place pour faciliter les messages en faveur de l’éradication de la polio dans notre province », a expliqué le présentateur du PEV/Kisangani.

En plus de l’approche carton rouge, les jeunes U-report sont plus actifs dans la sensibilisation des ménages en porte-à-porte. Leur contribution demeure grandement appréciée par la communauté. Lors des campagnes de vaccination, ces jeunes sont déployés sur le terrain pour démontrer l’importance de la vaccination, briser les fausses croyances contre la vaccination, orienter les enfants vers les centres de vaccination si possible…  » Sur le terrain, nous faisons du porte à porte pour sensibiliser les parents, tuteurs et personnes âgées de 15 ans et plus à vacciner leurs enfants. Nous allons dans les églises, les marchés et parfois les gares routières. Nous invitons les parents à changer de mentalité ou à ne plus croire tout ce qu’ils ont appris faussement sur la maladie. », a souligné Diogène Wandjo, vice-coordonnateur provincial de la communauté U-report à Kisangani.

Dénonçant plusieurs croyances erronées qui tentent de pousser les parents à refuser la vaccination, Diogène a reconnu que la communauté est plus réceptive à leurs messages, ce qui leur permet de continuer à œuvrer en faveur de la vaccination contre la polio. « Ce qui nous a le plus marqué, c’est que la communauté est beaucoup plus réceptive à nos messages et nous avons remarqué que la majorité des personnes que nous contactons sont positives à l’idée de faire vacciner leurs enfants. Nos messages sont vraiment reçus et bien intégrés par la communauté. Ce qui est encourageant. » il a souligné.

Réponse à la polio : l’approche carton rouge, U-report des jeunes, initiatives encourageantesAugmentation du nombre de jeunes U-rapport

Pour Diogène, le nombre de jeunes rapports U augmente de jour en jour. Ils sont estimés, a-t-il indiqué, à un millier de jeunes dans la seule ville de Kisangani. Les plus actifs sont quatre cents jeunes. Avant de se déployer sur le terrain, ces jeunes s’organisent par commune, se répartissant en six groupes. « Nous nous organisons par commune. La ville de Kisangani comprend six communes. Chaque commune dispose d’une communauté U-report. Chaque commune s’organise après le briefing pour faire le terrain. Ils peuvent décider de faire du porte-à-porte, d’aller sur les marchés, dans les entreprises, bref partout où se trouvent leurs parents ou tuteurs », dit Diogène. Il a indiqué que de nombreux jeunes expriment le désir de rejoindre la communauté U-report pour apporter un changement positif au sein de la population. « Ce que nous avons apporté de nouveau à la lutte, c’est la force de notre jeunesse, car à l’époque, nous ne nous attendions pas à ce que les jeunes soient capables de servir leur communauté de cette manière. bénévole. Plusieurs personnes s’intéressent aujourd’hui à notre travail, c’est pourquoi plusieurs jeunes souhaitent nous rejoindre, car notre philosophie est d’apporter un changement positif au sein de la communauté dans tous les secteurs pouvant concerner la santé, l’éducation, la nutrition.…», a-t-il conclu.

Toutes ces innovations, comme la vaccination dans les écoles, dans les camps militaires, visent un seul objectif, celui d’atteindre plus d’enfants afin de réduire le nombre de zéro dose pour permettre à la République Démocratique du Congo en général et à la province de la Tshopo en particulier être définitivement libéré de la polio.



[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button