Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Réduction de service et mises à pied chez Pascan Aviation

[ad_1]

À partir de décembre, le transporteur aérien Pascan Aviation réduira son nombre de vols fréquents et supprimera certains services non rentables.

Dans un document obtenu par Radio-Canada, Pascan informe ses employés qu’il est contraint d’effectuer licenciements temporaires ou permanents ainsi qu’un ajustement de la masse salariale pour garantir la pérennité de ses activités.

Pour expliquer cette décision, le transporteur invoque la fin du programme d’aide du gouvernement du Québec au maintien des services aériens régionaux essentiels et les coûts de main-d’œuvre considérables.

Ce programme, initialement mis en œuvre pendant la pandémie pour desservir les communautés des régions éloignées, a été prolongé au printemps dernier, avant de prendre fin le 30 septembre.

La mise à jour économique présentée mardi à Québec ne prévoit aucune enveloppe pour son renouvellement.

Les services aériens admissibles à ce programme étaient ceux dont la destination finale était soit les Îles-de-la-Madeleine, l’Île d’Anticosti, la Basse-Côte-Nord, Fermont, Schefferville ou la région du Nord-du-Québec. .

Source : Ministère des Transports et de la Mobilité durable

Pascan n’a toutefois pas précisé quelles régions seraient touchées par cette baisse de service.

Ailes de porte-clips

Le député des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole du Parti québécois en matière de transports, Joël Arseneau, dénonce la décision du gouvernement de ne pas avoir prolongé une fois de plus le programme.

(Le gouvernement) provoque une situation qui sera absolument désastreuse pour les régions desservies par Pascan, qui verront leur service complètement abandonné ou drastiquement réduit.il maintient.

En coupant l’herbe sous le pied des transporteurs régionaux, qui maintiennent leurs services à distance, le gouvernement provoque évidemment une crise.

Joël Arseneau est le député du Parti québécois des Îles-de-la-Madeleine. (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le député madelinot réitère que les régions dépendent de la desserte aérienne, notamment en matière de santé.

Il y a des médicaments, du matériel médical, des patients, des professionnels de santé qui sont transportés. C’est la base. Il y a aussi le levier économique que représente le transport aérien. Nous voilà dans l’inconnu. Nous ne savons pas à quels services nous aurons droit dans les mois à veniril insiste.

Joël Arseneau reproche également au gouvernement de se concentrer uniquement sur la stimulation de la demande de services de transport aérien avec le programme de billets à 500 $, le Programme régional d’accès aérien (PAAR), critiqué par plusieurs élus.

Déjà le (PAAR) est un échec cuisant, dit-il, mais le gouvernement décide de supprimer le seul programme d’aide au maintien des services aériens régionaux essentiels. C’est une série d’événements absolument catastrophiques et le gouvernement coupe les ailes des transporteurs.

Il demande au gouvernement de revenir sur sa décision de ne pas renouveler le Programme d’aide au maintien des services aériens régionaux essentiels et exige l’intervention du Comité permanent du transport aérien régional.

Un dossier complexe

Le président de l’Autorité intermunicipale de l’aéroport de Mont-Joli, Bruno Paradis, réclame pour sa part la mise en place d’un nouveau programme d’aide à long terme.

La question du transport aérien est complexe et particulière, dit-il. Mais si l’on veut avoir quelque chose de structurant sur le long terme, il faudra des programmes à long terme qui correspondent aux besoins à la fois des collectivités et des transporteurs.

Bruno Paradis, devant l'aéroport de Mont-Joli.

Bruno Paradis, président de la gestion intermunicipale de l’aéroport régional de Mont-Joli (Photo d’archive)

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Selon lui, les programmes financiers actuels ne permettent ni aux transporteurs d’assurer la pérennité de leurs services ni aux usagers de retrouver une certaine confiance dans la fiabilité de ces services.

Les solutions ont des a et nous les avons déjà nomméesaffirme Bruno Paradis, qui s’exprimait déjà sur ce sujet en janvier dernier. Nous n’aimerions pas voir une solution qui semble sortir de tout chapeau et qui résoudra la situation comme par magie, alors qu’en réalité, ce ne sont que des vœux pieux.il ajoute.

M. Paradis indique qu’il n’a pas reçu de signal suggérant une perte de connexion avec l’aéroport de Mont-Joli.

Au moment de publier ce texte, la direction de Pascan ainsi que le cabinet du ministre des Transports et de la Mobilité durable n’avaient pas répondu à nos demandes d’entrevues.

[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button