Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

RCP : qui décide de votre protocole de traitement contre le cancer ? -Association RoseUp

[ad_1]

S’inquiéter de la façon dont vous serez traité est légitime. Sur ce point, sachez que le choix de votre stratégie thérapeutique repose sur un système collégial et bien huilé : la réunion de consultation multidisciplinaire.

Chimiothérapie pour vous, pas de chimiothérapie pour les autres qui ont le même cancer. Vous avez reçu un ou plusieurs traitements avant l’opération de la tumeur, alors que certaines femmes les recevront après. Ensuite, vous avez dû subir un certain nombre de séances de radiothérapie… Comment votre traitement a-t-il été décidé ? Par qui ? Ou ? A quel moment ? Vous vous êtes peut-être posé ces questions en sortant de la consultation avec l’oncologue ou le chirurgien qui vous a annoncé votre protocole de traitement.

Dites-vous que ce n’est pas lui, seul, qui a élaboré la stratégie thérapeutique qui vous concerne.  » Aujourd’hui, en France, aucun traitement ne peut être décidé par un seul médecin sur un coin de table. », explique le professeur Mario Campone, oncologue médical et directeur général de l’ICO, le Western Cancer Institute.  » C’est nécessairement le résultat d’une décision collégiale issue de la réunion de concertation multidisciplinaire, le RCP. »

Pour vous, comme pour chacun des 385 0001 nouveaux cas de cancer diagnostiqués par an en France, plusieurs médecins se sont réunis pour échanger sur votre situation afin de vous proposer le traitement le plus adapté.  » C’est-à-dire en tenant compte à la fois des recommandations et repères scientifiques et du cas particulier de la personne, de ses spécificités médicales, psychologiques, sociales… »précise le Dr Jean-Baptiste Méric, oncologue médical au centre hospitalier de Bligny.

Même si l’équipe multidisciplinaire a toujours existé de manière informelle dans de nombreux centres de cancérologie, il est longtemps resté une grande disparité de prise en charge d’un établissement à l’autre. Pour remédier à cela et garantir l’égalité de traitement partout en France, dans le secteur public comme dans le secteur privé, l’Institut national du cancer (INCa) a institutionnalisé la RCR en 2005.

Au carrefour des expertises

En présence de ses membres ou par visioconférence, la RCR se tient généralement dans les jours qui suivent l’annonce du diagnostic. RCR mammaire, RCR gynécologique… elle est organisée par thématique, et sollicite l’expertise de spécialistes adaptés – oncologue médical, chirurgien, radiothérapeute, anatomopathologiste… Combien de participants ? Trois au minimum, mais le plus souvent il rassemble plusieurs équipes. «  Dans un lieu d’habitation, il est courant que des établissements publics ou privés, des cliniques ou des hôpitaux s’organisent pour réaliser une RCR conjointe. », souligne le professeur Campone. Chaque dossier est présenté par le médecin référent, qui adresse également à tous les participants à la réunion un formulaire où sont enregistrées toutes les informations concernant le patient – ​​comorbidités, éléments personnels, etc. La plupart du temps, les cas correspondant à des traitements standards basés sur Sur la base des standards scientifiques nationaux et internationaux, la proposition thérapeutique est rapidement formulée.

Certaines situations nécessitent cependant des conseils plus spécialisés. Par exemple, les cancers rares, qui bénéficient d’un réseau particulier de RCP spécifiques, nationaux, parfois même européens. C’est également le cas de toutes les tumeurs d’organes spécifiques – œsophage, estomac, foie, rectum et ovaires – dont les dossiers doivent être transmis aux établissements habilités à traiter ces tumeurs pour être examinés en recours dit RCP. L’avis du RCP est retranscrit dans le plan de soins personnalisé (PPS). Choix des soins, calendrier, effets secondaires… C’est ce que vous a détaillé le médecin référent lors de votre consultation en présentiel, avant de demander votre accord, condition sine qua non à la mise en œuvre de la stratégie. thérapeutique. A l’issue de cet entretien, il se peut que vous ayez reçu une copie papier de votre PPS, mais ce n’est pas toujours le cas. Si, en cours de route, il s’avère nécessaire d’adapter ou de modifier les filières de traitement, de nouveaux RCP pourront alors être convoqués.  » La RCP offre une garantie optimale que toutes les options thérapeutiques ont été analysées et que celle la plus adaptée à la situation individuelle du patient a été sélectionnée. », insiste le Dr Méric.

La RCR, une démarche structurée

Par Frédérique Odasso,
Illustration Iris de Véricourt

[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button