Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

rassemblement à Tbilissi en soutien à l’UE après la décision de Bruxelles

[ad_1]

Un rassemblement de plusieurs milliers de personnes a eu lieu mercredi à Tbilissi pour soutenir l’adhésion de la Géorgie à l’Union européenne après que Bruxelles a recommandé d’accorder à ce pays le statut de candidat. La décision finale, prise par les chefs d’État et de gouvernement de l’UE, devrait avoir lieu en décembre lors d’un sommet.

Publié sur : Modifié :

3 minutes

Plusieurs milliers de Géorgiens se sont rassemblés mercredi 8 novembre à Tbilissi, la capitale, pour soutenir l’Union européenne après la décision de Bruxelles de recommander l’octroi du statut de candidat à l’adhésion à ce petit pays du Caucase.

Face à une foule brandissant des drapeaux européens et géorgiens, la présidente pro-occidentale Salomé Zourabichvili, aux pouvoirs limités, a appelé les Vingt-Sept à accorder le statut de candidat officiel à la Géorgie.

« Nous vous demandons d’accorder à notre pays le statut de candidat, conformément aux aspirations de longue date de la nation géorgienne et à la volonté inébranlable de son peuple », peut-on lire dans la pétition.

« Notre avenir est entre vos mains, en Europe. Cet avenir n’a pas d’alternative ! »

La présidente géorgienne Salomé Zourabichvili à Tbilissi le 8 novembre 2023. © Vano Shlamov, AFP

Une décision finale, prise par les chefs d’État de l’UE, devrait avoir lieu lors d’un sommet en décembre prochain.

Plus tôt mercredi, la présidente Salomé Zourabichvili a « salué » la recommandation de la Commission européenne.

Mercredi, la présidente de l’exécutif européen, Ursula von der Leyen, a annoncé cette recommandation formulée par la Commission européenne, qui a également soutenu l’ouverture de négociations d’adhésion avec l’Ukraine et la Moldavie.

Salomé Zourabichvili a promis qu’elle continuerait « plus que jamais à jouer (son) rôle de leader pro-européenne afin de promouvoir et faire avancer les réformes encore nécessaires ». Mais ses pouvoirs sont limités et ses adversaires nombreux.

En octobre, le Parlement a tenté de la destituer, mais a finalement échoué par une quinzaine de voix. Et elle accuse le gouvernement actuel de saper la candidature à l’UE de la Géorgie, un pays du Caucase devenu indépendant en 1991, pour poursuivre une politique pro-russe.

Cependant, le Premier ministre Irakli Garibachvili a salué une « victoire historique » dans un discours télévisé. « Nous obtenons un statut que le peuple géorgien mérite », a-t-il déclaré.

Lire aussiGéorgie : le fragile rêve européen mis à l’épreuve par l’influence russe

Comme l’Ukraine et la Moldavie, deux autres anciennes républiques soviétiques, la Géorgie a pris des mesures auprès de Bruxelles pour devenir candidate juste après le début de l’invasion russe de l’Ukraine l’année dernière.

L’offensive avait ravivé les mauvais souvenirs de l’intervention militaire russe sur son territoire en 2008.

L’adhésion à l’UE et à l’OTAN, inscrite dans la Constitution géorgienne, bénéficie, selon les sondages, du soutien de plus de 80 % de la population géorgienne.

Avec l’AFP

[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button