Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

Quimper. Elle souffrait d’obésité : « Je ne supportais plus mon image »

[ad_1]

Voir mon actualité

Courir après vos enfants, s’accroupir pour jouer avec eux… Pendant des années, Roxane Le Coz effectuait ces mouvements très péniblement, à cause d’un obésité massive. Celui-ci est défini par un indice de masse corporelle supérieur à 40. La jeune femme pesait alors 125 kg.

Depuis son opération en mai 2022 à Centre hospitalier Quimper-Cornouaille (Finistère), sa vie a radicalement changé :

C’est une seconde vie. Je me retrouve, j’ai envie de bouger, je suis plus féminine.

Roxane Le Coz, patiente.

De l’enfance

À l’âge de 6 ans, elle était déjà en surpoids. A 14 ans, elle passe un séjour au centre Perharidy à Roscoff et parvient à perdre 15 kilos. Ils reviendront rapidement.

Les années passent et de nouveaux kilos s’ajoutent. A 23 ans, Roxane Le Coz s’est lancée dans un voyage pour subir une chirurgie métabolique (ou bariatrique). « Au dernier moment, j’ai eu peur et j’ai abandonné. Le suivi n’était pas aussi efficace qu’aujourd’hui », explique la jeune femme aujourd’hui âgée de 34 ans.

La naissance de son troisième enfant (et son poids associé) la pousse à se tourner à nouveau vers la chirurgie.

Là, j’étais prêt. Je ne pouvais plus supporter ce corps. J’avais honte de la façon dont les autres me regardaient. Quand tu es obèse, tu veux juste te cacher, ta confiance s’en va…

Roxane Le Coz

Psychologue, médecin, diététicienne…

Elle entame alors un voyage d’un an avec l’unité spécialisée du Centre Hospitalier de Cornouaille. Elle enchaîne les rencontres de groupe avec le psychologue, la nutritionniste, la diététiste, l’enseignante en activité physique adaptée.

Elle doit également consulter un cardiologue, un psychiatre, un gastro-entérologue, etc. pour s’assurer qu’il n’y a pas de contre-indications et qu’elle est prête.

Vidéos : actuellement sur Actu

« Il n’y a pas d’opération si le patient est instable, souffre de troubles du comportement alimentaire, de contre-indications… » ajoute Anne Béon, nutritionniste et chef d’unité.

Facteurs divers

Roxane Le Coz traverse toutes ces étapes et parvient à perdre 15 kg. Vient ensuite le jour de l’opération et l’hospitalisation de 5 jours. Les trois premières semaines sont douloureuses. « Mais j’ai déjà oublié. » Je ne regrette pas cette opération. D’ailleurs, ma sœur a aussi fait le voyage », ajoute Roxane Le Coz, qui vit à Plouhinec.

Plusieurs membres de sa famille souffrent d’obésité. Les origines de cette maladie métabolique sont diverses : génétiques, sociétales, sédentarité excessive, troubles du comportement alimentaire, etc.

Les conséquences varient d’un patient à l’autre : diabète, cholestérol, problèmes articulaires, problèmes cardiaquesstéatose, apnée du sommeil… « Entre 1997 et 2020, l’obésité massive a été multipliée par six en France : elle est passée de 0,3 à 2 % de la population », indique Anne Béon.

250 opérations chez Chic

Le Centre Hospitalier de Quimper-Cornouaille réalise depuis 2015 des opérations de chirurgie métabolique. 250 patients en ont bénéficié, dont 75 % de femmes. L’âge moyen est de 42 ans. L’équipe s’est récemment agrandie. Il comprend désormais :

  • 4 médecins
  • 2 diététistes
  • 2 psychologues
  • 1 professeur d’activité physique adaptée
  • 1 infirmière coordinatrice

Ces professionnels suivent donc le patient un an avant l’opération et cinq ans après. « Et plus s’il le faut », glisse Anne Béon.

Un an et demi après son opération, Roxane Le Coz a réussi à stabiliser son poids à 63 kg. Prochaine étape : un chirurgie reconstructrice.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon Actu.



[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button