Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Québec ajoute 100 millions pour assainir les terrains industriels de l’est de Montréal

[ad_1]

Le gouvernement du Québec injecte 100 millions de dollars dans la création de la Société de mise en évaluation des terrains dans l’Est de Montréal (SMTEM) en marge du Sommet de l’Est, qui a lieu lundi au Stade olympique.

Cette nouvelle entité, qui sera financée par Investissement Québec, aura pour mandat d’acquérir terrains industriels et actifs connexes dans l’est de Montréal, afin de les nettoyer et de les revaloriser pour stimuler le développement de cette partie de l’île qui stagne depuis des décennies.

SMTEM qui agira en partenariat avec Fondaction Asset Management travaillera directement à la réhabilitation des terres contaminées à fort potentiel économiqueexplique le cabinet du ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, dans un communiqué.

Il s’agira en fait d’une société en commandite dont le principal et unique commanditaire Pour l’instant sera Investissement Québec, tandis que Fondaction sera chargé de diriger le SMTEM en tant que commandité, peut-on lire dans le document.

Les 100 millions de dollars annoncés aujourd’hui seront versés sous forme d’actions de cette nouvelle société en commandite.

L’argent investi par le gouvernement servira à l’achat de terrains ainsi qu’à la réalisation des études et des travaux de décontamination requis en collaboration avec la Ville de Montréal et la Ville de Montréal-Est.

À la Ville de Montréal, nous nous réjouissons de la création du SMTEM dans la mesure où les pouvoirs des autorités municipales sont limités face aux entreprises qui ont pollué ces terrains.

L’intention est là, elle est excellente, se réjouit Caroline Bourgeois, mairesse du district de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles (…) Il y a des limites à ce qu’une ville peut faire. Ce que la Ville peut payer pour la décontamination, par exemple, de terrains appartenant à des pollueurs qui ont eux-mêmes pollué ces terrains.

Cet investissement du Québec porte à 275 millions de dollars les sommes investies par le gouvernement Legault pour la décontamination des terrains de l’est de Montréal.

Une première enveloppe de 75 millions de dollars a été versée à cet effet par le gouvernement Legault en 2018. Suivie d’un investissement de 100 millions de dollars supplémentaires en 2019, notamment pour décontaminer 4 millions de pieds carrés de sols sur 9 terrains municipaux.

Fardeau administratif

Cependant, malgré tous ces fonds publics investis, de nombreux promoteurs se plaignent des délais interminables tant au Québec qu’à la Ville de Montréal avant que les autorisations, permis et argent ne soient débloqués.

Cette attente décourage les investisseurs, qui quittent la table ou abandonnent avant même que les projets n’aient démarré.

Selon une demande d’accès à l’information faite par l’opposition officielle à la Ville de Montréal, seulement un million de dollars sur les 100 millions obtenus en 2019 a été dépensé à ce jour par la Ville dans le cadre de ces subventions.

La Ville de Montréal répond qu’elle s’est engagée à dépenser environ 56 millions de dollars même si les projets ne sont pas encore construits.

Effort et temps

Devenu l’un des principaux territoires industriels du Québec au début des années 1900, l’est de Montréal abrite une raffinerie, des complexes pétrochimiques et une industrie lourde, en plus d’être bordé au sud par les terminaux du port de Montréal sur une bonne partie de son territoire. longueur.

Installations pétrochimiques dans l’est de Montréal.

Photo : iStock

Mais le secteur comprend aussi de grandes zones résidentielles et des espaces verts que les pouvoirs publics promettent depuis des années de développer en transformant d’anciens secteurs industriels en zones habitables.

Ce défi n’est pas une tâche facile compte tenu des traces profondes laissées par un siècle d’activité industrielle intense sur ce territoire.

Faute d’un système de transport en commun rapide et moderne à l’est du métro Honoré-Beaugrand, l’est de Montréal peine à se développer, même si environ 10 % de la population québécoise y réside.

L’espérance de vie des citoyens qui habitent certains quartiers de l’est de Montréal est jusqu’à neuf ans inférieure à celle des citoyens de l’ouest de l’île, selon les données publiées en 2016 par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Est de l’île de Montréal.

Coup d’envoi du Sommet de l’Est

C’est dans l’intention de donner un élan aux efforts de revitalisation futurs et en cours que la ministre fédérale responsable de l’Agence de développement économique et députée d’Hochelaga, Soraya Martinez-Ferrada, a lancé le Sommet de l’Est qui se déroule toute la journée au Stade olympique de Montréal.

Plusieurs ministres fédéraux, dont Steven Guilbeault (Environnement) et Pablo Rodriguez (Transports), ainsi que plusieurs de leurs collègues du gouvernement québécois, dont Pierre Ftizgibbon (Économie), France-Élaine Duranceau (Logement) et Chantal Rouleau (Solidarité sociale) , participera à l’événement aux côtés de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et d’Anne St-Laurent, mairesse de la Ville de Montréal-Est.

Soraya Martínez-Ferrada.

La députée fédérale d’Hochelaga, Soraya Martinez-Ferrada, est l’une des instigatrices du Sommet de l’Est.

Photo : Radio-Canada / Paloma Martinez-Mendez

Près de 700 personnes se sont inscrites à l’événement, selon Soraya Martinez-Ferrada, qui s’exprimait ce matin sur ICI Première.

La journée d’aujourd’hui vise à se coordonner entre les différents niveaux de gouvernement, le secteur privé, le secteur public, les citoyens, les organisations pour dire comment nous mettons en œuvre des actions concrètes pour avancer.dit-elle.

Estimation qu’on ne peut pas tout résoudre d’un coup et que des années seront nécessaires à la revitalisation de l’Est, Mme Martinez-Ferrada souhaite répéter chaque année une telle rencontre avec les acteurs de la région, non seulement pour coordonner leurs efforts, mais pour faire régulièrement le point sur les progrès réalisés. Des progrès que les gens doivent pouvoir constater, insiste le ministre.

Nous savons ce qu’il faut faire, nous connaissons le diagnostic, maintenant il faut agir concrètement, il faut aller de l’avant. Avancez chaque année pour constater de réels changements sur le territoire. Laissez les gens le voir de manière réelle.

À l’est de Montréal… oui, il y a de l’industriel. La perception de l’Est, c’est que c’est un secteur où il y avait des raffineries, c’est gris, c’est peut-être pollué, mais c’est aussi un secteur où on peut bien y vivre. avec une bonne qualité de vie et nous devons développer l’Est dans cet espritdit-elle.

Vendredi, le gouvernement fédéral a marqué le coup en annonçant un investissement de 8 millions de dollars dans le secteur pour transformer la friche située entre Ray-Mont Logistiques et le secteur Viauville en parc linéaire.

La Ville de Montréal a annoncé dimanche la transformation de près de 700 hectares de zones boisées en parc régional dans l’est de l’île de Montréal.

[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button