Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Quand l’intelligence artificielle apprend le chant grégorien

[ad_1]

Jouques (Bouches-du-Rhône)

De notre envoyé spécial

Derrière la haute clôture du chœur, une quarantaine de Bénédictins prennent place dans les stalles et entonnent : « Deus in adjutórium meum intente » (« Dieu aide moi »). Sept fois par jour, les sœurs de l’abbaye Notre-Dame-de-Fidélité de Jouques (Bouches-du-Rhône) se réunissent pour prier l’office divin en grégorien. Au-dessus de leurs têtes, huit micros fins pendent discrètement au cadre en pin. Depuis cinq ans, toutes leurs prestations sont enregistrées et les enregistrements sonores transmis à l’équipe internationale de Neumz, une application mobile qui donne accès à 7 500 heures de prestations en grégorien.

« Au début, je ne pouvais m’empêcher de penser à l’enregistrement : dès qu’une sœur toussait, je sursautais, sourit Sœur Marie Dorothée, qui veille au bon déroulement des enregistrements. Voile noir et guimpe blanche, la religieuse explique : « Unité de cœur et de prière, communion au sein de la communauté, ou encore tensions, sont immédiatement perceptibles à l’oreille car nous formons un seul corps vivant. » Cette « pâte humaine » est au contraire l’un des éléments qui ont séduit John Anderson, fondateur du label de musique à but non lucratif Odradek Records, à l’origine du projet : « Le bruit des pages qui se tournent, les sœurs qui se lèvent pour s’incliner puis se rasseyent, les petites imperfections du chant sont magnifiques parce qu’elles émanent de la vraie prière d’une communauté. Je ne voulais pas d’un enregistrement fluide en studio. »

L’application a également gagné 30 000 abonnés – dont 1 000 abonnés payants. Sur l’écran du smartphone, le texte latin et la partition défilent au rythme de la chanson, avec traduction en plusieurs langues. John Anderson a un lien personnel avec Jouques, où sa propre tante est religieuse. C’est en essayant de suivre les offices, répartis en plusieurs livrets, qu’il s’est mis à rêver d’un support numérique qui rassemblerait tout au même endroit. Depuis juin, ses micros sont également installés à l’abbaye bénédictine de Sainte-Madeleine du Barroux (Vaucluse), qui chante le grégorien selon la forme ancienne du Vetus ordoen vigueur jusqu’à la seconde moitié du 20e sièclee siècle.

Neumz a connu un développement sans précédent depuis qu’il a reçu des fonds européens dans le cadre du projet Horizon Europe Repertorium. Son ambition est de rassembler le patrimoine musical classique de tout le continent dans un catalogue numérique, en s’appuyant sur un réseau d’universités et d’entreprises de pointe de huit pays européens. Pour la partie grégorienne du Repertorium, l’essentiel du travail consiste à numériser… 2 millions de documents (photos, manuscrits) provenant de toute l’Europe.

Soit environ 490 000 chants différents, issus des archives de l’atelier paléographique de l’abbaye de Solesmes (Sarthe), qui ont contribué à la restauration du chant grégorien au XIXe siècle.e siècle. Ce gigantesque travail d’indexation est facilité par le recours à l’intelligence artificielle (IA). « Au départ, l’IA ne sait rien, puis, au fur et à mesure du traitement des documents, elle apprend à établir des correspondances, explique John Anderson. Elle parvient à distinguer plusieurs variantes d’une même chanson, ce qui est très précieux pour les chercheurs qui s’intéressent à l’évolution d’une chanson à travers le temps et les lieux où elle a été interprétée. Nous entraînons l’IA à travailler comme un moine pour créer ce « liber digitalis », cette collection numérique du patrimoine grégorien. »

L’équipe Neumz espère intégrer 4 000 nouveaux morceaux à son catalogue. Une quarantaine sera interprétée par la Schola Antiqua, dirigée par l’Espagnol Juan Carlos Asensio Palacios, spécialiste du grégorien. À Jouques, les religieuses ont bien conscience de partager un trésor unique avec le grand public. « Lors du service, nous chantons les chants de la même manière qu’ils étaient chantés il y a plus de dix siècles, dit sœur Marie Dorothée. Nous souscrivons à une seule prière qui monte vers Dieu. »

[ad_2]
Fr1

Back to top button