Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Punaises de lit : public-privé

[ad_1]

Les punaises de lit auront donc l’honneur, vendredi, d’une réunion interministérielle particulière pour « répondre à l’inquiétude légitime des Français », après avoir fait l’objet d’un projet de loi « transpartisan ». On attend juste la parole de notre Président de la République, carte des régions infectées à l’appui, et la boucle sera bouclée…

Les punaises de lit, problème très désagréable lorsqu’il vous arrive, sont devenues la préoccupation numéro un des Français. Il n’y avait rien à faire ? Non, évidemment. Il s’agit d’un enjeu de santé publique, qui doit être abordé par une politique locale coordonnée, en sensibilisant les acteurs concernés. Mais la façon dont le phénomène, présent en boucle depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux, a bousculé l’actualité gouvernementale est encore assez aberrante. C’est le signe d’une société où les politiques, les yeux rivés sur leur téléphone portable, gouvernent sous le coup d’une émotion immédiate, à laquelle ils croient devoir répondre. Et dont les citoyens acceptent difficilement l’insécurité, se tournant vers les pouvoirs publics à la moindre inquiétude.

En conséquence, la frontière public-privé est de moins en moins étanche. L’État, à son plus haut niveau, après nous avoir montré comment porter le masque et comment se laver les mains pendant le Covid, entre désormais dans tous les détails de notre quotidien, jusqu’à mettre le nez dans nos lits. Le problème est certainement du côté d’une classe politique trop fébrile. Mais aussi d’une population toujours prompte à demander plus de protection à l’État. Seule consolation : que dans un pays confronté à la crise climatique, au manque de logements et à une pauvreté croissante, les Français se sont au moins retrouvés sur un point : la lutte contre la punaise de lit.

[ad_2]
Fr1

Back to top button