Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Procès Cameron Ortis : la description de poste d’un ancien officier de la GRC révélée

[ad_1]

OTTAWA –

Le témoignage présenté au procès d’un ancien responsable du renseignement de la GRC accusé d’avoir enfreint la loi canadienne sur les secrets révèle qu’il dirigeait une unité censée travailler dans un environnement complexe et sous haute pression.

Une description de poste détaillée de Cameron Jay Ortis indique qu’il est devenu directeur du groupe de recherche opérationnelle de la police nationale en 2013. L’unité avait pour tâche de rassembler et de développer des informations classifiées sur les cellules terroristes, les réseaux criminels transnationaux, les acteurs de la cybercriminalité et l’espionnage commercial.

« Compte tenu des menaces imminentes à la sécurité nationale, l’unité doit évoluer dans un environnement opérationnel sans faille qui exige que ses résultats conduisent à des résultats significatifs », indique la description de poste déposée à la Cour supérieure de l’Ontario dans le cadre d’un exposé des faits convenus dans l’affaire.

Le directeur devrait gérer un programme à haut risque qui fournit des ensembles d’informations exploitables aux cadres supérieurs de la GRC, indique la description.

Il ajoute que le directeur joue un rôle clé dans la fourniture de renseignements qui soutiendront une réponse stratégique ou tactique de la GRC et, à l’occasion, « pourraient se dérouler parallèlement à une enquête criminelle en cours relative à la sécurité nationale ».

Ortis a plaidé non coupable d’avoir violé la loi sur la sécurité de l’information pour avoir prétendument révélé des secrets à trois personnes en 2015 et tenté de le faire dans une quatrième instance, ainsi que pour abus de confiance et infraction informatique.

Les avocats d’Ortis ont indiqué qu’ils soutiendraient devant le tribunal qu’il avait le pouvoir de prendre les mesures qu’il a prises.

Début 2015, Ortis a pris un congé annuel, puis a suivi une formation en français. À son retour en 2016, il devient directeur général du Centre national de coordination du renseignement de la GRC.

Il a été arrêté en septembre 2019.

La piste qui a conduit la police à Ortis a commencé l’année précédente lorsque les autorités américaines ont demandé à la police montée d’analyser le contenu de l’ordinateur portable de Vincent Ramos, PDG de Phantom Secure Communications, arrêté au Nevada.

Un effort de la GRC connu sous le nom de Projet Saturation a déterminé que des membres d’organisations criminelles utilisaient les appareils de communication cryptés de Phantom Secure.

Ramos plaidera plus tard coupable d’avoir utilisé ses appareils Phantom Secure pour faciliter la distribution de cocaïne et d’autres drogues illicites vers des pays dont le Canada.

Un ancien sergent d’état-major de la GRC a déclaré au tribunal qu’il avait été choqué de trouver un courriel adressé à Ramos et provenant d’un expéditeur inconnu contenant des parties de 10 documents sensibles, y compris la mention de documents provenant de l’agence canadienne de lutte contre le blanchiment d’argent. L’expéditeur proposera plus tard de fournir à Ramos les documents complets en échange de 20 000 $.

La Couronne devrait passer les prochains jours du procès à tenter de convaincre le jury qu’Ortis était à l’origine de cette ouverture et d’autres messages anonymes adressés aux cibles de l’enquête.

Lors de l’arrestation d’Ortis, des mandats de perquisition ont été exécutés dans son appartement du quartier du marché By à Ottawa et dans son bureau au quartier général de la GRC, indique l’exposé des faits convenus.

Les enquêteurs ont déchiffré des parties d’une clé mémoire cryptée trouvée avec de nombreux autres appareils numériques à son domicile. La clé contenait un dossier nommé The Project qui contenait plusieurs sous-dossiers.

Le sergent de la GRC. David Proulx, qui a participé à l’enquête, connue sous le nom de Projet Ace, a répondu jeudi aux questions de la Couronne sur les fruits des perquisitions effectuées par les policiers.


Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 5 octobre 2023.

[ad_2]

En polices

Back to top button