Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Prison pour une ancienne secrétaire qui a payé son mariage en escroquant son patron de 250 000 $

[ad_1]

Une ancienne secrétaire qui a volé 250 000 dollars à son employeur pour payer son mariage et ses soins de beauté et pour satisfaire ses goûts luxueux n’a pas réussi à obtenir la clémence du tribunal et a dû aller en prison.

Nancy McKinnon a profité de son rôle d’adjointe administrative pour piocher à volonté dans les comptes de son employeur Béton Concept AM, entre 2012 et 2015. Avec les cartes de crédit et de débit de l’entreprise, elle s’est offert des voyages, une robe de mariée, ainsi que la location d’une salle de réception pour son mariage.


Nancy McKinnon, lors de son mariage, a payé en partie grâce à sa fraude.

Photo prise depuis Facebook

Nancy McKinnon, lors de son mariage, a payé en partie grâce à sa fraude.

Responsable de la comptabilité, elle s’était également accordée des augmentations de salaire.

Accusée de trois chefs de fraude, Nancy McKinnon a plaidé coupable. Elle espérait éviter la prison, mais a plutôt pris le chemin des cellules, au palais de justice de Longueuil.

Purger une peine de détention dans la communauté lui aurait permis de rembourser plus rapidement les victimes, a-t-elle soutenu.

Responsable de son malheur

Ses anciens employeurs n’ont pas vu leur argent depuis sept ans. L’accusée a en effet du mal à les rembourser, car un tiers de son salaire est saisi à la source par les gouvernements pour impôts impayés.

La médiatisation de son cas lui a également fait perdre cinq emplois et une maison.

« Elle vit toujours une détresse psychologique (…) et elle est en précarité financière. Il n’en reste pas moins que ce sont toutes des conséquences directes de ses propres actes criminels. Autrement dit, et malheureusement, elle est l’architecte de son propre malheur», a insisté le juge Marc-Antoine Carette.

Il a souligné que ses crimes faisaient partie d’une tentative « désespérée » de préserver une relation amoureuse, en prenant constamment soin de son apparence physique et en s’offrant du luxe. Selon l’accusée, son ex-mari, qui avait des goûts luxueux, a grandement profité de ses dépenses frauduleuses.

Elle a ainsi fait preuve d’« opportunisme » en abusant de la pleine confiance de son employeur.

Décourager

Pourtant, les répercussions de cette fraude avaient été majeures pour son ex-patron. Il était déterminé à vendre l’entreprise qu’il espérait laisser à son fils. Il était ainsi passé de manager à employé, en plus de voir sa famille se briser en raison du climat de tension qui régnait dans la maison.

Certes, une peine de détention en collectivité aurait été cohérente, mais dans ce cas, la dénonciation et la dissuasion priment, a conclu le magistrat.

Il a ensuite condamné Mmoi McKinnon à 18 mois de prison, soulignant le montant important de la fraude, la durée et la préméditation.

« Seule une peine de prison est appropriée pour exprimer la désapprobation de la société à l’égard du comportement de Madame et pour décourager un comportement similaire à l’avenir », a déclaré le juge.

Nancy McKinnon devra également rembourser près de 250 000 $ d’ici 10 ans. Si elle échoue, elle risque une peine supplémentaire de trois ans de détention.

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button