Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

PRAC novembre 2023 – Conclusion concernant les preuves disponibles ne parvenant pas à établir un lien de causalité entre les agonistes des récepteurs du glucagon-like peptide-1 (GLP-1) et le cancer de la thyroïde

[ad_1]

Lors de sa réunion de novembre 2023, le comité d’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a conclu que les preuves disponibles ne soutiennent pas l’établissement d’un lien de causalité entre les agonistes des récepteurs du glucagon-like peptide-1 (GLP-1). – exénatide, liraglutide, dulaglutide, sémaglutide et lixisénatide – et cancer de la thyroïde.

Le PRAC a conclu que les données disponibles ne permettent pas d’établir un lien de causalité entre les agonistes des récepteurs GLP-1 – exénatide, liraglutide, dulaglutide, sémaglutide et lixisénatide – et le cancer de la thyroïde (la thyroïde est une petite glande située à l’avant et dans la partie inférieure du corps). cou qui produit et libère des hormones).

A noter que le GLP-1 est une hormone intestinale qui assure le contrôle de la glycémie.

Les médicaments « agonistes des récepteurs GLP-1 » mentionnés ci-dessus sont utilisés pour traiter le diabète de type 2 et, dans certains cas, pour le traitement de l’obésité dans certaines conditions. Le PRAC a commencé à évaluer ce signal de sécurité suite à la publication d’une étude suggérant qu’il pourrait y avoir un risque accru de cancer de la thyroïde avec l’utilisation de ces médicaments chez les patients atteints de diabète de type 1. 2.

Le comité a examiné les preuves de la littérature publiée, y compris les études observationnelles (Bezin et al, 2022 ; Alves et al, 2012 : Hu et al, 2022 ; Bea et al, 2023) ainsi que les données cumulatives soumises par les titulaires d’autorisations de mise sur le marché (TAMM), qui incluent des données non cliniques, cliniques et post-commercialisation. À ce jour, le PRAC considère qu’aucune mise à jour des informations sur le produit n’est justifiée sur la base des données disponibles.

Les titulaires d’autorisations de mise sur le marché de produits contenant du liraglutide, du sémaglutide, de l’exénatide, du dulaglutide et du lixisénatide doivent continuer à surveiller de près ces événements, y compris toute nouvelle publication, dans le cadre de leurs activités de pharmacovigilance de routine. et signaler tout nouveau développement sur cette question dans leurs rapports périodiques de mise à jour de sécurité (PSUR).

En Belgique, les analogues de l’incrétine du GLP-1 sont autorisés et commercialisés sous les dénominations suivantes :

  • médicaments contenant le principe actif liraglutide : Victoza ;
  • médicaments contenant le principe actif exénatide : Bydureon ;
  • médicaments contenant le principe actif dulaglutide : Trulicity ;
  • médicaments contenant le principe actif sémaglutide : Ozempic et Rybelsus.

De plus amples informations peuvent être trouvées sur le site Web de l’EMA.

[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button