Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Pourquoi les écologistes affirment que l’interrogatoire du PDG de Suncor permet au gouvernement fédéral de s’en tirer facilement

[ad_1]

Cette semaine, sur la Colline du Parlement, des députés ont interrogé Rich Kruger, le PDG de Suncor, à propos des commentaires qu’il a tenus lors d’un appel aux investisseurs cet été.

Il avait dit aux actionnaires que Suncor, le géant de l’énergie de Calgary, trop concentré sur la transition énergétique et a dû revenir à son activité fondamentale : les sables bitumineux.

Kruger a déclaré au comité permanent des ressources naturelles de la Chambre que ses commentaires avaient été mal interprétés et que son objectif était de garantir que l’entreprise réalise des bénéfices dès maintenant pour pouvoir se permettre les investissements requis dans la décarbonisation.

« C’est bon pour les affaires, et c’est la bonne chose à faire », a déclaré Kruger, ancien cadre d’Imperial Oil et d’ExxonMobil. « Lorsque ces éléments peuvent se chevaucher, nous sommes suffisamment incités à consacrer de l’argent à la recherche et à rechercher de nouvelles opportunités commerciales. »

REGARDER | Le Canada a été appelé à accroître sa production de combustibles fossiles l’année dernière.

Pourquoi les écologistes affirment que l'interrogatoire du PDG de Suncor permet au gouvernement fédéral de s'en tirer facilement

Les engagements climatiques du Canada examinés au sommet de l’ONU sur le climat

Vidéo en vedetteAlors que les pays réclament des mesures plus urgentes pour réduire les émissions de combustibles fossiles, le Canada a été appelé à accroître sa production de combustibles fossiles au cours de la dernière année. Le Canada a défendu son bilan, soulignant le prochain plafond d’émissions du secteur pétrolier et gazier du pays.

Mais dans de nombreux cas, dans l’ensemble du secteur, cela ne s’est pas produit. Après s’être engagées ces dernières années à réduire leur production et leurs émissions et à se concentrer sur les énergies renouvelables, les sociétés pétrolières et gazières ont pris ces derniers mois j’ai respecté ces engagements malgré voir des bénéfices records.

Catherine Abreu, fondatrice de Destination Zero, une organisation canadienne à but non lucratif qui travaille avec des groupes climatiques à travers le pays, a déclaré que la dynamique qui s’est produite lors de l’audience révèle moins la recherche du profit de Suncor que les échecs du gouvernement fédéral.

« Nous ne devrions pas être surpris que le PDG d’une société cotée en bourse s’intéresse avant tout à restituer les bénéfices à ses actionnaires », a déclaré Abreu dans une interview.

« Afin d’atteindre nos objectifs climatiques, nous devons voir la main du gouvernement intervenir. »

La production pétrolière s’accélère au Canada

La présidente de Shell Canada, Susannah Pierce, a souligné récemment que les sociétés pétrolières ne peuvent se décarboner qu’à la même vitesse que le reste de l’économie.

« (Si vous êtes) une entreprise qui dessert ses clients qui exigent toujours une source d’énergie fossile, il est très difficile de ne pas fournir à vos clients l’énergie qu’ils demandent », dit-elle.

Aux États-Unis, la production nationale de pétrole a atteint un niveau record la semaine dernière, et le Canada pourrait diriger le monde de la croissance de la production pétrolière en 2024.

L'usine de Suncor située dans la région des sables bitumineux de Fort McMurray, en Alberta.  Dans un avenir sans émissions nettes, la production pétrolière canadienne devrait diminuer considérablement, selon la modélisation réalisée par la Régie de l’énergie du Canada.
L’usine de Suncor située dans la région des sables bitumineux de Fort McMurray, en Alberta. (Jason Franson/La Presse Canadienne)

Il y a également eu une vague de fusions et d’acquisitions très médiatisées aux États-Unis et au Canada, ce qui, selon les experts, est le signe d’un secteur regorgeant de liquidités et de plus en plus confiant dans les perspectives à court et moyen terme.

« Alors que le monde cherche à faire la transition et à trouver des sources d’énergie moins coûteuses et abordables avec moins d’émissions, les combustibles fossiles – pétrole et gaz – vont continuer à jouer un rôle au fil du temps », a déclaré Darren Woods, PDG d’ExxonMobil. a déclaré à CNBC après avoir acquis Pioneer Natural Resources pour près de 60 milliards de dollars américains.

« Cela pourrait diminuer avec le temps. Je pense que le rythme de cette évolution n’est pas très clair à ce stade. Mais cela durera longtemps. »

Le pic du pétrole est proche, selon l’AIE

Ce pronostic est en contradiction avec un rapport très controversé publié le mois dernier par l’Agence internationale de l’énergiequi prévoyait que la production de pétrole et de gaz atteindrait son maximum d’ici la fin de la décennie.

Selon l’AIE, les investissements dans les énergies renouvelables pourraient atteindre 1 800 milliards de dollars cette année, les investissements solaires devant éclipser pour la première fois les investissements pétroliers.

Le rapport prévient cependant que si l’on ne parvient pas à développer suffisamment les énergies renouvelables d’ici 2030, cela créerait des « risques climatiques supplémentaires ».

Cela rendrait difficile la réalisation de l’objectif de l’accord de Paris consistant à limiter l’avertissement à 1,5 degré Celsius et dépendrait largement des technologies d’élimination du carbone, qui sont à la fois coûteuses et non éprouvées à l’échelle qui serait requise.

Ce défi souligne l’importance du sommet sur le climat COP28 qui débute le mois prochain à Dubaï, où les dirigeants du monde tenteront de parvenir à un accord sur la voie à suivre pour réduire les émissions mondiales.

Warren Mabee, professeur à l’Université Queen’s et directeur de l’Institut de politique énergétique et environnementale de l’école, a déclaré que le boom pétrolier finira par prendre fin — le plus tôt possible — à mesure que les économies se tourneront vers les sources d’énergie renouvelables.

« Les dirigeants et les chefs d’entreprise, je pense qu’ils doivent être conscients que cela arrive », a-t-il déclaré.

« La grande question est : sont-ils prêts à faire ce qui doit être fait ? Ou espèrent-ils simplement que le jour venu, les gouvernements les renfloueront ? »

Des tuyaux tournent et tournent à travers des poutres en acier sur un site industriel à l'extérieur pendant la journée.
Des tuyaux traversent l’installation de captage et de stockage du carbone Quest de Shell à Fort Saskatchewan, en Alberta, sur cette photo d’archive de 2021. (Todd Korol/Reuters)

Nécessité d’une politique « stricte »

Le secteur pétrolier et gazier représente plus d’un quart des émissions totales du Canada, et les experts affirment que le Canada n’atteindra pas l’objectif du pays pour 2030 sans une diminution substantielle des émissions de carbone provenant du pompage du pétrole et du gaz hors du sol.

Katya Rhodes, professeure adjointe à l’école d’administration publique de l’Université de Victoria, a déclaré que les émissions de pétrole et de gaz du Canada ne diminueront pas tant qu’il n’y aura pas « une politique climatique stricte et obligatoire en place ».

Cela nécessiterait de mettre en place un plafond sur les émissions pétrolières et gazières, au-delà du système de tarification du carbone et de la réglementation sur les carburants propres, a-t-elle déclaré dans un échange de courriels.

Même si les gouvernements « font face à un puissant lobby du secteur pétrolier et gazier, les coûts des dommages liés au climat devraient dépasser les coûts politiques de l’inaction », a-t-elle déclaré dans un courrier électronique.

photo de profil
Catherine Abreu travaille pour Destination Zero, une ONG basée au Canada qui s’efforce d’accélérer la transition vers l’abandon des combustibles fossiles. (Stéphanie Jenzer/CBC)

Le ministre de l’Environnement, Steven Guilbeault, a déclaré encore cette semaine qu’un plafond serait proposé cet automne (même si cela pourrait prendre encore un an avant qu’il entre en vigueur) et que la politique à venir ne serait pas affectée par une récente décision de la Cour suprême du Canada qui a conclu certaines parties de la loi fédérale sur l’évaluation environnementale étaient inconstitutionnelles.

Pour sa part, Abreu a déclaré que le gouvernement doit également présenter les détails de sa réglementation plus stricte sur le méthane et de son plan de taxonomie verte, qui serviront de cadre pour l’investissement durable, afin de mener « une transition ordonnée hors du secteur pétrolier et gazier ».

« Nous nous trouvons actuellement dans une situation mondiale où nous ne pouvons plus nous permettre que tous les pays producteurs rivalisent pour produire le dernier baril de pétrole et la dernière unité de gaz vendue sur le marché », a-t-elle déclaré.

[ad_2]

En LOcal

Back to top button