Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Pour Israël, « il n’y a pas de crise humanitaire » dans la bande de Gaza

[ad_1]

« Il n’y a pas de crise humanitaire dans la bande de Gaza », a déclaré jeudi un responsable militaire israélien, reconnaissant les « nombreuses difficultés » auxquelles sont confrontés les civils du territoire palestinien en proie à la guerre entre Israël et le Hamas.

• Lire aussi : Aucun Canadien n’a été évacué de Gaza mercredi

• Lire aussi : Gaza : Netanyahu exclut une nouvelle fois tout cessez-le-feu sans libération des otages

Israël « facilite l’acheminement de l’aide humanitaire », a déclaré le colonel Moshe Tetro, chef pour Gaza de l’organisme du ministère israélien de la Défense supervisant les activités civiles dans les territoires palestiniens.

« Nous savons que la situation civile dans la bande de Gaza n’est pas facile », a-t-il ajouté.

L’Egypte a dénoncé lors d’une conférence humanitaire sur Gaza à Paris « le silence international sur les violations du droit international humanitaire commises par Israël » sur le territoire palestinien.

« Ce que fait le gouvernement israélien va bien au-delà du droit de légitime défense » a lancé le chef de la diplomatie égyptienne Sameh Choukri, déplorant « un déséquilibre » dans la conscience internationale.

  • Écoutez l’entrevue de Richard Marceau, vice-président du CIJA via Radio QUB :


L’Iran rejette les appels du G7

L’Iran a rejeté jeudi une déclaration du G7 appelant Téhéran à cesser de soutenir le Hamas palestinien et de prendre des mesures qui « déstabilisent » le Moyen-Orient.

Cet appel intervient alors qu’Israël bombarde sans relâche depuis plus d’un mois la bande de Gaza assiégée, affirmant vouloir détruire le Hamas en représailles à l’attaque sans précédent menée le 7 octobre par le mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien.

Les chefs de la diplomatie du G7, réunis à Tokyo, ont exhorté mercredi l’Iran à ne pas soutenir le Hamas et le Hezbollah libanais, et à ne rien faire qui puisse « déstabiliser le Moyen-Orient ».

Jeudi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, a « fermement condamné » cette déclaration.



AFP

Il a déclaré que l’Iran avait déployé « des efforts ininterrompus pour mettre fin aux attaques militaires du régime sioniste agresseur (Israël) contre les citoyens sans défense » du territoire palestinien de la bande de Gaza, contrôlé par le Hamas.

« Ce qu’on attendait de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 à Tokyo, c’était qu’ils assument leur responsabilité internationale, notamment en condamnant les actes du régime sioniste qui violent les droits de l’homme et le droit international à Gaza », a-t-il ajouté.

Le groupe des sept pays les plus industrialisés (États-Unis, Japon, France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie et Canada) a également appelé à la mise en place de « pauses et couloirs humanitaires » à Gaza pour protéger les civils.

Au moins 1.400 personnes sont mortes en Israël depuis le début de la guerre déclenchée par l’attaque menée par le Hamas le 7 octobre, en majorité des civils tués le même jour, selon les autorités israéliennes. Selon les autorités israéliennes, 239 personnes kidnappées lors de l’attaque du Hamas le 7 octobre sont détenues à Gaza.

Les bombardements israéliens dans la bande de Gaza ont fait plus de 10 500 morts, pour la plupart des civils, dont plus de 4 300 enfants, selon le ministère de la Santé du Hamas.

« L’Iran considère qu’il est de son devoir de soutenir » « l’axe de la résistance », qui comprend des groupes armés comme le Hamas et le Hezbollah, a déclaré le 29 octobre le président iranien Ebrahim Raïssi, tout en affirmant que ces groupes étaient « indépendants dans leurs opinions, décisions et actions ». « 

Dès le premier jour de la guerre, l’Iran a pris parti pour le Hamas, qu’il soutient depuis des années contre Israël, l’ennemi juré de la République islamique.

[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button