Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Porter un protège-cou dans la LNH | « La vie est plus importante que d’avoir l’air cool »

[ad_1]

Cela s’est vu partout dans la LNH, et c’est maintenant au tour des joueurs du Canadien de tenter l’expérience : Brendan Gallagher et Michael Pezzetta ont participé à l’entraînement de mercredi en portant un protège-nuque.


Leur initiative fait suite au décès tragique d’Adam Johnson, ancien attaquant des Penguins de Pittsburgh, qui a été mortellement touché à la gorge par une lame de patin lors d’un match en Angleterre le 28 octobre.

Les quelques joueurs qui l’ont essayé à l’entraînement depuis la tragédie — Erik Karlsson et Lars Eller, entre autres — ont retenu l’attention, mais il n’en demeure pas moins que l’initiative ne s’est pas propagée comme une traînée de poudre dans la LNH. Pezzetta a également tenté d’expliquer le phénomène.

En junior, il fallait porter le protège-nuque et nous avons essayé de le rendre le plus petit possible. C’était en partie pour avoir l’air cool, et dans la LNH, on est plus beau sans ce gros protège-nuque. Mais la vie est plus importante que d’avoir l’air cool. Si davantage de joueurs l’adoptaient, il ne serait pas autant ostracisé.

Michael Pezzetta, qui a joué dans la Ligue junior de l’Ontario (OHL) de 2014 à 2018

Jusqu’à présent, un seul coéquipier, Gallagher, l’a imité. «Je voulais juste l’essayer. Cela s’est mieux passé que prévu. Je vais continuer à l’essayer à l’entraînement. Je n’ai pas de plan, a déclaré le plus vieux attaquant canadien.

« La respiration est correcte. Le survêtement est similaire. La seule chose, c’est qu’il montait haut sur mon cou, donc mon cou était toujours tendu. C’est mineur. Je ne le porterai pas (ce jeudi lors du match à Détroit) pour cette raison, car j’étais très conscient de le porter et ce n’est pas souhaitable quand on pratique un sport aussi rapide et robuste.

« Mais il est tout à fait possible pour les joueurs de le porter lors d’un match s’ils le font assez souvent à l’entraînement. »

Le port de cet équipement n’a pas encore été formellement discuté par l’équipe, a déclaré Mike Matheson. « C’est certainement quelque chose que nous allons essayer dans les semaines à venir. Mais personnellement, j’ai d’autres choses sur lesquelles je dois me concentrer ! », a plaisanté le défenseur, qui venait de passer cinq minutes à évoquer ses récentes difficultés.

Martin St-Louis s’est montré plus direct lorsqu’on lui a demandé s’il était curieux de connaître les impressions de celles qui le porteront. « Honnêtement, j’ai autre chose à faire », a déclaré l’entraîneur-chef, qui tente d’aider son équipe à mettre fin à une séquence de quatre défaites consécutives.

Comme la visière

Les discussions pour rendre cet équipement obligatoire sont encore embryonnaires. « Si je devais commenter, je crois que cela sera incorporé avec une clause de droits acquis », a prédit Gallagher, l’adjoint de Mike Matheson à titre de « délégué syndical » du Tricolore au sein de l’Association des joueurs.

Si tel est le cas, le protège-nuque suivrait le même chemin que la visière. Le règlement 9.7, introduit après le lock-out de 2012, prévoyait qu’à compter de « la saison 2013-2014, tout joueur ayant moins de 25 matchs d’expérience dans la LNH devra porter une visière convenablement fixée à son casque.

À ce jour, Ryan O’Reilly, Milan Lucic, Matt Martin, Ryan Reaves, Zach Bogosian et Jamie Benn sont les derniers joueurs à patiner sans protection oculaire dans la LNH, selon une compilation de The Hockey News de l’hiver dernier. Cette liste comprenait également Zack Kassian, aujourd’hui à la retraite, et Jordie Benn, qui joue en Suède cette saison.



[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button