Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Plus de 21 000 foyers et entreprises sans service de téléphonie cellulaire en Nouvelle-Écosse, selon un rapport provincial

[ad_1]

Plus de 1 000 kilomètres de routes principales et un peu moins de cinq pour cent des adresses municipales en Nouvelle-Écosse se trouvent dans des zones mortes pour le service de téléphonie cellulaire, selon un rapport commandé pour la province et rendu public à CBC dans le cadre de l’accès à l’information.

Il s’agit d’un problème qui, selon la ministre des Travaux publics, Kim Masland, constitue pour elle un problème de sécurité et un frein économique.

« Le service cellulaire n’est plus un luxe, c’est une nécessité », a déclaré Masland aux journalistes après une réunion du cabinet à Halifax jeudi.

Le rapport sur le service cellulaire a révélé que 21 143 adresses municipales dans la province n’étaient pas desservies, sur un total d’environ 461 000. Les adresses municipales comprennent toutes les résidences, entreprises et installations de la province.

Le rapport a été commandé par la société d’État Build Nova Scotia à une entreprise externe et livré en juillet 2022.

L’étude a révélé que les comtés de Cumberland, de Guysborough, d’Halifax et d’Inverness comptent tous plus de 2 000 adresses municipales sans service.

Dans le comté de Guysborough, cela représente 35 pour cent des adresses, ce qui n’est pas une surprise pour Gail Martin, qui vit à Moser River, près de la frontière entre les comtés d’Halifax et de Guysborough.

« Nous n’avons pas de service cellulaire ici. Si nous allons sur une plage où elle est ouverte, sans obstruction, nous pouvons avoir quelques bars. Mais, je veux dire, ce n’est pas acceptable que vous deviez courir vers une plage pour utiliser votre téléphone portable », a-t-elle déclaré.

Pas de service sur les routes

Le rapport révèle également que 1 010 kilomètres de routes principales de la province ne sont pas couvertes.

Il s’agissait notamment de routes interprovinciales telles que les autoroutes 374 et 348, qui relient la côte est et le comté de Pictou. Parmi les autres routes problématiques figurent la 316 dans le comté de Guysborough, la 245 à Antigonish et la 209, qui longe la baie de Fundy dans le comté de Cumberland.

Environ un tiers de la route touristique populaire, la piste Cabot, est également une zone morte.

Sue Amberg, qui vit à Ecum Secum sur la côte est, a lancé une pétition au cours de l’été implorant les compagnies de téléphone et les régulateurs d’améliorer le service dans la région.

Amberg a entendu de nombreux résidents locaux et de nombreux visiteurs en Nouvelle-Écosse qui en ont assez du manque de service dans les communautés et sur les routes.

« Ils n’ont aucun problème là où ils vivent et puis tout d’un coup, ils arrivent sur la côte Est et ils ne peuvent pas croire qu’ils n’ont pas de service cellulaire », a-t-elle déclaré.

Une femme porte un haut à motifs bleus.  Elle a les cheveux auburn et est assise dans son jardin.
Sue Amberg a lancé une pétition visant à améliorer le service cellulaire sur la côte Est, près de sa communauté natale d’Ecum Secum. (Paul Poirier/CBC)

Amberg a déclaré qu’elle avait déjà quitté la route en conduisant et qu’elle s’était retrouvée dans le fossé. Elle n’a pas été blessée mais n’a pas pu utiliser son téléphone pour appeler les secours.

« Il n’y avait qu’un seul chauffeur de camion qui est passé à côté de moi, et il m’a vu par hasard, alors il s’est senti obligé de s’arrêter », a-t-elle déclaré.

« Il courait partout avec un téléphone à la main, essayant d’obtenir un signal, d’appeler quelqu’un pour signaler l’accident, mais il n’arrivait à joindre personne. »

25 nouvelles tours suggérées pour démarrer

Le rapport Build Nova Scotia a identifié 25 sites potentiels pour de nouvelles tours de transmission de téléphonie cellulaire, qui pourraient couvrir 9 569 maisons sur les plus de 21 000 maisons sans couverture.

L’ajout de sites pour un total de 73 tours atteindrait 15 516 adresses.

Le rapport ne calcule pas exactement combien de tours il faudrait pour atteindre une « couverture géographique complète », mais estime qu’il pourrait en falloir 200 supplémentaires « en plus des 73 déjà évaluées dans ce rapport ». Il a déclaré que ces tours devraient être situées dans des zones éloignées qui ne disposent actuellement d’aucune infrastructure de téléphonie mobile.

Le rapport donnait des chiffres sur les coûts pour les scénarios à 25 et 73 tours, mais ils ont été expurgés dans les informations diffusées à CBC.

Il reconnaît que les tours fournies par les opérateurs de téléphonie cellulaire comme Bell, Rogers, Telus et Eastlink ne sont placées que dans les zones où les entreprises obtiennent un « rendement maximum » en termes d’abonnés.

CBC a demandé à Masland qui, selon elle, devrait payer pour combler les lacunes des cellules.

« Je pense que cela fait partie des conversations que Build Nova Scotia a avec les fournisseurs de services, mais c’est aussi une conversation qui doit avoir lieu avec le gouvernement fédéral », a déclaré Masland.

Une femme est assise à une table.
Kim Masland est la ministre des Travaux publics de la Nouvelle-Écosse. (CBC)

« J’espère que le gouvernement fédéral prendra la relève, tout comme nous l’avons fait avec le service Internet rural. »

CBC a demandé au CRTC, l’agence fédérale chargée de réglementer l’accès aux télécommunications, si elle avait vu une copie du rapport de la Nouvelle-Écosse et quelles seraient les prochaines étapes.

Un porte-parole du CRTC a répondu dans un communiqué que l’agence travaille sur une nouvelle approche de la concurrence sans fil, qui comprend de nouvelles réglementations pour les petites entreprises qui offrent des services s’appuyant sur les réseaux des grands fournisseurs.

« Nos efforts accéléreront la concurrence dans des domaines où elle est actuellement limitée », indique le communiqué.

Masland a également déclaré que Build Nova Scotia avait élaboré une stratégie en collaboration avec les entreprises de télécommunications et le gouvernement fédéral. Sans divulguer aucun détail, Masland s’est dite « très satisfaite » de la stratégie et a promis qu’elle serait révélée « dans les deux prochains mois ».

PLUS D’HISTOIRES À LA UNE

[ad_2]

En LOcal

Back to top button