Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

PDG – Winnipeg Free Press

[ad_1]

CALGARY – Le PDG de Pembina Pipeline Corp. affirme que la société a besoin de plus de certitude quant au calendrier, à la réglementation et aux coûts liés au projet d’agrandissement de Trans Mountain avant de décider si elle doit faire une offre pour une participation au capital du pipeline.

La société pipelinière basée à Calgary a formé un partenariat en 2021 avec Western Indigenous Pipeline Group dans le but de prendre une participation dirigée par des Autochtones dans Trans Mountain.

Ce partenariat, appelé Chinook Pathways, est l’une des deux entités — l’autre est un groupe appelé Project Reconciliation — qui ont publiquement exprimé leur intérêt commercial dans le processus de désinvestissement des pipelines du gouvernement fédéral.

Des travailleurs posent des tuyaux pendant la construction de l'agrandissement du pipeline Trans Mountain sur des terres agricoles, à Abbotsford, en Colombie-Britannique, le mercredi 3 mai 2023. Le PDG de Pembina Pipeline Corp. affirme que l'entreprise a besoin d'une résolution des incertitudes entourant le projet d'agrandissement de Trans Mountain avant de décider s'il convient de faire une offre pour une participation au capital en cours.  LA PRESSE CANADIENNE/Darryl Dyck

Des travailleurs posent des tuyaux pendant la construction de l’agrandissement du pipeline Trans Mountain sur des terres agricoles, à Abbotsford, en Colombie-Britannique, le mercredi 3 mai 2023. Le PDG de Pembina Pipeline Corp. affirme que l’entreprise a besoin d’une résolution des incertitudes entourant le projet d’agrandissement de Trans Mountain avant de décider s’il convient de faire une offre pour une participation au capital en cours. LA PRESSE CANADIENNE/Darryl Dyck

Ottawa a acheté le pipeline Trans Mountain, le seul système de pipelines au Canada qui transporte du pétrole de l’Alberta vers la côte ouest, en 2018 pour garantir la réalisation d’une expansion prévue après que l’ancien propriétaire Kinder Morgan Canada Inc. ait menacé d’abandonner le projet.

Mais le gouvernement fédéral a toujours déclaré qu’il ne souhaitait pas être propriétaire à long terme du pipeline et a récemment lancé la première phase de ce qui devrait être un processus de cession en deux parties.

Le PDG de Pembina Pipeline, Scott Burrows, a déclaré vendredi aux analystes lors d’une conférence téléphonique au troisième trimestre que ni Pembina ni Chinook Pathways ne sont éligibles pour participer à cette première phase, qui implique des pourparlers avec plus de 120 nations autochtones situées le long de la route Trans Mountain pour voir si l’un des ils sont intéressés par une participation au capital.

La phase 2 impliquera l’examen d’offres commerciales pour la participation restante dans le pipeline, mais Burrows a déclaré que le calendrier n’était pas clair.

Il a ajouté qu’il existe encore de nombreuses inconnues concernant le projet d’agrandissement de Trans Mountain, qui est toujours en construction et devrait être terminé au début de l’année prochaine.

« Sur la base des informations publiques, le désinvestissement de l’actif pourrait probablement avoir lieu au plus tôt à la fin de 2024, et il semble y avoir des problèmes de réglementation, de construction et de péage en suspens qui posent des incertitudes supplémentaires en matière de calendrier, de coûts et de calendrier », a déclaré Burrows.

« Pembina, comme tout autre acheteur commercial prudent, a besoin que les nombreuses questions en suspens liées au projet se cristallisent afin d’évaluer prudemment et de manière appropriée l’opportunité et de déterminer les prochaines étapes. »

La vente de Trans Mountain devrait être l’une des transactions commerciales les plus importantes de l’histoire du Canada.

Pourtant, il existe une incertitude quant à la valeur actuelle du pipeline Trans Mountain. Bien qu’acheté par le gouvernement fédéral pour 4,5 milliards de dollars, les coûts en capital du projet d’expansion du pipeline ont grimpé à plus de 30 milliards de dollars en raison des défis liés à la construction.

De plus, Trans Mountain négocie actuellement avec les compagnies pétrolières les droits de douane payés par les expéditeurs de pétrole pour transporter le pétrole sur le pipeline. Ces péages constituent le moyen par lequel le pipeline génère des revenus et auront un impact direct sur le montant qu’un acheteur potentiel est prêt à payer.

On ne sait pas non plus quelle importance une participation pourrait être vendue aux communautés autochtones au cours de la phase 1 du processus.

Il existe également une incertitude quant au calendrier d’achèvement du projet d’agrandissement. Bien que Trans Mountain Corp., la société d’État à l’origine du projet, ait réussi à obtenir l’autorisation réglementaire d’une déviation de tracé plus tôt cet automne afin de résoudre les problèmes de construction liés à la construction d’un tunnel en Colombie-Britannique, le projet continue de se heurter à des obstacles dans sa dernière partie.

Cette semaine, la Régie de l’énergie du Canada a émis un ordre d’arrêt temporaire des travaux sur le projet en raison de ce qu’elle a qualifié de non-conformité environnementale de Trans Mountain liée à une zone humide près d’Abbotsford, en Colombie-Britannique.