Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Ottawa dévoilera mercredi de nouvelles mesures en matière d’IA

[ad_1]

Le ministre de l’Industrie, François-Philippe Champagne, annoncera mercredi de nouvelles mesures gouvernementales destinées à aider le Canada à prendre les devants dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Champagne a déclaré mardi au comité de l’industrie et de la technologie des Communes que de nouvelles mesures étaient en cours.

« Il y a une annonce à venir à ce sujet… Nous devons nous concentrer un peu là-dessus et comprendre l’impact que l’IA peut avoir », a-t-il déclaré.

Champagne répondait à une question de la députée libérale Julie Dabrusin, dont la circonscription de Toronto–Danforth comprend un certain nombre d’acteurs qui demandent ce que le Canada fera pour protéger les artistes des problèmes soulevés par l’IA, comme l’utilisation de leur voix ou de leurs images. .

Des questions comme celles-là font partie des problèmes qui ont alimenté les récentes grèves des écrivains et des acteurs hollywoodiens.

En dehors de la réunion, Champagne s’est montré timide, refusant même de donner la moindre allusion à ce qu’il envisage d’annoncer lors de la conférence All In à Montréal.

« Il y a un certain nombre de choses que nous ferons et proposerons… des choses qui iront dans le sens de donner au Canada un leadership en matière d’IA », a déclaré Champagne à CBC News.

« Il y a des choses que nous pouvons faire pour faire du Canada un leader », a-t-il déclaré, y compris une proposition de mise à jour de la loi sur la protection de la vie privée, « et c’est ce que nous allons faire ».

Témoignant devant les députés, Champagne a déclaré que le Canada était à l’avant-garde lorsqu’il s’agissait d’élaborer un cadre et des règles pour l’utilisation de l’intelligence artificielle – un sujet que les États-Unis et l’Europe surveillent de près alors que la technologie se développe rapidement.

« J’espère que mes collègues ressentent le même niveau d’urgence que moi, car chaque jour, nous apprenons en quelque sorte un nouvel aspect de cette technologie qui va au-delà de ce que nous avons déjà vu. Je pense donc qu’il sera indispensable de disposer d’un cadre et cela contribuera à une IA responsable », a-t-il déclaré.

Le gouvernement a pris les premières mesures pour régir l’IA, notamment la Loi sur l’intelligence artificielle et les données, qui fait partie du projet de loi plus large C-27, déposé en juin 2022. La législation mettrait également à jour la loi canadienne sur la protection de la vie privée – ce qui n’a pas été fait depuis deux décennies, avant les médias sociaux et de nombreux développements technologiques.

Champagne a annoncé mardi une série d’amendements à cette législation, affirmant qu’ils répondaient aux commentaires qu’il avait reçus.

Une femme prend en photo un robot humanoïde au crâne transparent.
Un robot humanoïde est aperçu lors d’un sommet sur l’IA à Genève, en Suisse, le 5 juillet. (Martial Trezzini/Keystone/Associated Press)

Parmi les amendements figurera la définition de ce qui constitue un « système d’IA à fort impact » couvert par la législation, a déclaré Champagne à la commission.

« Nous proposerons un amendement pour définir des classes de systèmes qui seraient généralement considérés comme à fort impact – par exemple les systèmes d’IA qui prennent des décisions importantes concernant les prêts ou l’emploi. »

D’autres amendements « introduiront des obligations spécifiques et distinctes pour les systèmes d’IA à usage général comme ChatGPT » et clarifieront les obligations du développeur d’un système d’IA par rapport à celui qui le gère et le déploie.

Le gouvernement « renforcera et clarifiera » également le rôle du commissaire à l’IA et aux données prévu par la législation et lui permettra de partager des informations et de coopérer avec d’autres régulateurs comme le commissaire à la concurrence ou le commissaire à la vie privée, a déclaré Champagne.

Les amendements reconnaîtraient également un droit fondamental à la vie privée des Canadiens, ainsi que les dispositions existantes du projet de loi permettant aux personnes de transférer leurs données à une autre entreprise ou de les faire supprimer.

Champagne a déclaré que le gouvernement a également décidé de renforcer la protection des informations en ligne des enfants et qu’il accordera au commissaire à la protection de la vie privée plus de flexibilité pour conclure des accords de conformité avec les entreprises qui violent la loi sur la protection de la vie privée.

[ad_2]

En polices

Back to top button