Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

Nos deux narines ne sentent pas la même chose

[ad_1]

Impossible de s’en rendre compte, mais nos deux narines ne sont pas aussi semblables qu’il y paraît. Physiquement, la différence est souvent moindre. Mais dans leur fonctionnement, la différence est mesurable. C’est en tout cas ce qu’ont découvert des scientifiques qui viennent de publier une étude dans Current Biology.

Deux trous, deux odeurs

Pour parvenir à ces résultats, des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie, du Barrow Neurological Institute et de l’Ohio State University, aux États-Unis, ont fait appel à 10 patients épileptiques ayant déjà eu des électrodes implantées dans leur cerveau. Ces derniers étaient exposés à trois parfums différents soufflés dans l’une ou l’autre narine, ou dans les deux à la fois. Les cobayes devaient ensuite identifier l’odeur, tout en montrant quelle narine ils utilisaient pour la sentir. Leurs réponses ont ensuite été comparées aux données collectées par leurs électrodes dans le cerveau.

Les résultats ont été particulièrement intéressants. Par exemple, chaque narine semblait agir indépendamment, surtout lorsqu’elles étaient exposées séparément à la même odeur. Dans ce cas, l’activité cérébrale résultante était similaire, mais pas identique. Cette sorte d’indépendance des narines se confirmait lorsqu’elles étaient exposées simultanément au même parfum : dans ce cas, il y avait toujours un court délai avant que les narines ne se mettent à l’unisson avec l’odeur. .

Cortex piriforme

S’appuyant sur des études antérieures, réalisées notamment sur des rats, qui peuvent sentir en stéréo, rapporte Science Alert, les scientifiques estiment que cette différence entre les narines permet d’identifier plus rapidement une odeur. Autrement dit, avoir une narine c’est bien, mais deux c’est bien mieux.

Une question demeure : d’où se produit cette étrange séparation des odeurs entre les narines ? Les chercheurs ont la réponse. Tout se passe en réalité dans la région cérébrale du cortex piriforme, où l’odorat est géré puis interprété. Bien que le panel d’étude reste restreint, les résultats de l’étude sont pour le moins encourageants et ouvrent la porte à une analyse plus approfondie de nos connaissances sur l’odorat humain.

[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button