Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Northvolt cherche à rassurer la population sur son projet de méga-usine

[ad_1]

L’entreprise suédoise Northvolt tient mercredi la première d’une série de séances d’information sur son projet de méga-usine de batteries, dont la construction est prévue à McMasterville, en Montérégie, pour la somme de 7 milliards de dollars. Un porte-parole de l’entreprise a insisté, lors d’une mêlée de presse, que l’entreprise respecterait la loi québécoise sur la protection de l’environnement.

Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas (examen du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)) qu’on ne respectera pas la loi.a assuré ce porte-parole, Laurent Therrien.

Nous ne demandons aucun privilègeil ajouta.

Ce dernier a également reconnu l’importance rencontrer des gens, répondre à leurs questionsnotamment en ce qui concerne les éventuels impacts environnementaux.

Cette rencontre survient au moment où le gouvernement du Québec subit des pressions pour autoriser la tenue d’une évaluation du BAPEafin de déterminer les impacts environnementaux et climatiques possibles de la construction de cette usine dans le cadre de la stratégie d’électrification des transports de la Coalition Avenir Québec (CAQ).

Nous comprenons que nous sommes en dessous des seuils d’un BAPEa soutenu mercredi le porte-parole de Northvolt.

Le seuil pour un examen de BAPE réalisées pour la fabrication des cathodes sont passées de 50 000 à 60 000 tonnes. La future usine en produira 56 000.

Lundi déjà, les citoyens de Saint-Basile-le-Grand, dont une partie du territoire, en plus d’une partie de celui de sa voisine McMasterville, doit servir d’implantation au géant industriel suédois, ont exprimé leurs inquiétudes face à ce très vaste projet. projet à grande échelle.

Les habitants présents à cette séance d’information, au nombre d’environ 150, ont fait part de leurs inquiétudes concernant la pollution, le manque de transparence de la mairie, la pénurie de logements ainsi que la circulation routière autour du site de l’usine, en plus d’exiger, eux aussi, , une évaluation de BAPE.

Une évaluation qui N’est pas applicable

Un règlement a été modifié en février par Québec permettant au projet Northvolt d’échapper à l’examen du BAPEce qui accroît la méfiance de la population.

Le premier ministre François Legault a également affirmé la semaine dernière qu’une telle évaluation N’est pas applicable à Northvolt. Mais nous respecterons les règles environnementalesil a promis.

Selon des documents consultés par Radio-Canada, pas moins de 70 hectares de terres agricoles sont menacés par le projet ; deux espèces d’oiseaux protégées fréquentent également le site de la future usine.

Les sols de ces terres sont classés niveau 2 sur 7 pour leur potentiel agricole ; ce sont donc des terres de bonne qualité pour la production.

Les batteries les plus propres au monde

Également lors de la mêlée de presse de mercredi après-midi, le porte-parole a déclaré à plusieurs reprises que Northvolt souhaitait produire les batteries les plus propres au monde.

Dans ce contexte, l’utilisation de l’eau puisée dans la rivière Richelieu, par exemple, se fera de manière à éviter la pollution de ce cours d’eau ; l’eau utilisée pour refroidir les équipements sera filtrée et ramenée à température ambiante avant d’être rejetée dans la rivière, dit-on, tandis que celle utilisée pour nettoyer les minéraux entrant dans la fabrication des batteries ne terminera jamais son cours dans la nature.

Et en ce qui concerne le trafic de camions généré par la construction des bâtiments de l’usine, le porte-parole a estimé qu’il atteindrait un pic variable entre 100 et 150 camions par joursoit Moins que 1% déplacements quotidiens enregistrés sur la route 116, qui longera les installations.

Une fois l’usine construite, Northvolt visera à se tourner autant que possible vers le transport ferroviaire, le terrain étant également situé à proximité d’une voie ferrée.

Les deux autres réunions publiques sont prévues jeudi à Saint-Basile-le-Grand et samedi 14 octobre, toujours à McMasterville.

[ad_2]
journalmetro

Back to top button