Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Montréal | Sept arrestations lors d’un « sit-in » pro-palestinien au bureau de Trudeau

[ad_1]

Sept personnes ont été arrêtées jeudi par la police de Montréal lors d’un « sit-in » pro-palestinien exigeant un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas qui s’est tenu au bureau de comté du premier ministre Justin Trudeau, dans le quartier Villeray, au nord de Montréal.


L’activité a été organisée à l’initiative de la section montréalaise du Mouvement de la jeunesse palestinienne (MPJ), qui a invité ses membres à venir manifester leur solidarité avec la Palestine via sa page Instagram, notamment.

« Nous exigeons que le Canada utilise l’argent de ses impôts pour envoyer de l’aide, de la nourriture, de l’eau, des abris et tout ce que le peuple palestinien demande », a expliqué le groupe sur les réseaux sociaux.

Un porte-parole du Service de police de la ville de Montréal (SPVM), l’agent Julien Lévesque, a mentionné dans la soirée qu’une opération avait eu lieu sur les lieux.

« Le gestionnaire de l’immeuble a dû fermer à 18 heures, comme tous les jours, et les gens sont restés à l’intérieur et ont refusé de sortir. Ils ont donc été sortis du bâtiment», a déclaré M. Lévesque.

Des vidéos publiées par des membres de l’organisation sur Instagram suggèrent également que les policiers s’apprêtaient à « escorter » les manifestants devant les bureaux de Justin Trudeau. Une autre vidéo diffusée peu avant 20 heures montrait des manifestants toujours devant la sortie du bâtiment.

La police affirme avoir arrêté sept personnes pour entrave. Toutefois, aucun excès n’a eu lieu lors du rassemblement, a souligné M. Lévesque.

De plus, ce week-end, le MPJ invite les manifestants à se réunir à nouveau vers 14 heures à Dorchester Square pour « protester contre le génocide en cours contre notre peuple à Gaza aux mains de l’occupation sioniste brutale ». « Montrons au Canada que nous continuerons à manifester jusqu’à ce que nous obtenions un cessez-le-feu immédiat, la levée du siège inhumain de Gaza et la fin de toute complicité canadienne dans l’occupation sioniste », a soutenu l’instance.

Hautes tensions

Tout cela survient alors que M. Trudeau a réitéré jeudi ses appels au calme, sur fond de tensions croissantes liées au conflit entre Israël et le Hamas.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, deux écoles juives ont notamment été visées par des tirs à Montréal. Les deux établissements sont situés dans l’arrondissement Côte-Des-Neiges—Notre-Dame-De-Grâce et Outremont.

L’affaire a suscité une vague de condamnations dans toute la sphère politique, tant à Montréal qu’ailleurs au Québec. «C’est une forme de terrorisme», a même soutenu le ministre de l’Éducation Bernard Drainville, tandis que le premier ministre François Legault a demandé aux forces policières de ne tolérer aucune attaque haineuse, jugeant ces événements «totalement inacceptables».

Mercredi, une bagarre a également eu lieu à l’Université Concordia et a fait trois blessés, lorsque des manifestants se sont opposés à un groupe d’étudiants juifs qui avaient déposé sur une table des affiches représentant des Israéliens pris en otage par le Hamas.



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button