Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

Montréal gagnant | La presse

[ad_1]

La journée a commencé par une victoire éclatante. Celle de Leylah Annie Fernandez, qui a propulsé le Canada jusqu’en finale de la Coupe Billie Jean King. Les Carabins ont remporté la Coupe Dunsmore. Ensuite, les Alouettes ont créé la surprise en éliminant la meilleure équipe de la Ligue canadienne de football, les Argonauts de Toronto.




Dans le vestiaire du Canadien, quelques joueurs ont suivi le match des Alouettes à la télévision. «En mangeant ma petite bouillie, a déclaré le gardien Samuel Montembeault. Dans les heures qui suivraient, les joueurs du Tricolore auraient la chance de compléter une rare journée parfaite pour le sport montréalais. Le problème? Leurs adversaires, les Bruins de Boston, venaient de remporter les 10 dernières rencontres entre les deux équipes.

Le Canadien fut donc lourdement négligé. Mais à l’image de Fernandez, septième marqueur de raquette au monde, et des Alouettes, seuls vainqueurs des Argonauts à Toronto cette année, le CH a dérouté les sceptiques avec une performance inspirée.

Cette victoire étriquée de 3-2 était d’autant plus satisfaisante que les Bruins occupent la première position de la Conférence Est et qu’ils forment l’une des meilleures équipes défensives de l’histoire récente de la Ligue nationale.

« Ce soir, nous étions à notre apogée », a réagi fièrement le vétéran Brendan Gallagher, toujours au cœur de l’action dans les matchs émouvants. Samedi encore, il a trouvé le moyen de déranger le gardien Jeremy Swayman, qui lui a asséné deux ou trois coups.

« Pouvez-vous nous résumer votre conversation ? », a demandé un collègue.

« En gros, je lui ai dit qu’il avait tort. Il n’était pas d’accord. Pour le reste, vous aurez tous les détails lorsque je publierai ma biographie dans 10 ans. »

Gallagher et Montembeault se sont dits motivés par l’énergie des spectateurs. C’était certainement le public le plus attentif, le plus bruyant et le plus impliqué de la saison. L’imposant contingent de partisans des Bruins a forcé les partisans des Canadiens à crier, créant parfois une atmosphère digne d’un gala de lutte. Cela changeait des dizaines de matchs sans enjeu disputés par le Tricolore à Montréal depuis le début de la reconstruction.

On s’ennuyait de ces matchs à très haute intensité, semblables à ceux de la série. Franchement, c’était agréable.

Chapeau bas à l’entraîneur-chef Martin St-Louis, qui gère son club pour gagner, et pas seulement pour développer les jeunes. Cela lui va bien. Ses changements de ligne cette semaine ont porté leurs fruits. Je sais que vous aimez voir Nick Suzuki et Cole Caufield ensemble. Moi aussi. Mais il faut reconnaître que la formation est bien plus équilibrée depuis qu’ils sont séparés. Les écarts entre les trios, défensivement, ont été comblés. Le jeu d’équipe s’améliore. C’est intéressant.

Les amateurs de sport montréalais n’ont pas été gâtés depuis un an. Les quatre victoires consécutives de leurs favoris, dans les dernières heures, leur ont permis de renouer avec la fierté, la joie et la légèreté de se retrouver du côté des vainqueurs.

Samedi soir, au Centre Bell, aucun partisan des Canadiens n’a hué l’équipe après le but vainqueur de Kaiden Guhle. Aucun partisan du Tricolore n’espérait une défaite qui améliorerait peut-être les chances d’être repêché au premier rang du total de 0,5% l’été prochain.

Samedi soir, ils ont aimé la victoire de Montréal.



[ad_2]

Gn Ca sport

Back to top button