Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Montréal est-elle un modèle pour interdire les virages à droite aux feux rouges ?

[ad_1]

Pour éviter les décès de piétons et de cyclistes, de plus en plus de villes nord-américaines envisagent d’imiter Montréal en interdisant aux automobilistes de tourner à droite aux feux rouges.

Mais malgré des décennies de débat, même les défenseurs de la sécurité routière favorables à l’interdiction affirment qu’il n’existe aucune donnée fiable prouvant que cette mesure améliore la sécurité.

Valerie Smith, directrice des programmes de sécurité routière à l’organisation de prévention des blessures Parachute, affirme qu’autoriser les conducteurs à tourner à droite aux feux rouges crée un « environnement hostile » pour les piétons et les piétons. les cyclistes, en particulier les enfants, les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite. Elle a déclaré que les piétons sont obligés de faire face à des conducteurs distraits et de se demander si un conducteur qui approche s’arrêtera pour eux.

«Quand je regarde les possibilités de collisions, de blessures graves résultant de ces collisions ou de décès, je pense qu’il est vraiment logique d’envisager sérieusement une interdiction de tourner à droite aux feux rouges», a-t-elle déclaré lors d’un entretien téléphonique depuis Creemore, en Ontario.

Montréal est la seule grande ville canadienne à interdire systématiquement les virages à droite aux feux rouges, tandis que New York est la seule grande ville américaine à les interdire dans la plupart des endroits. Mais la situation est en train de changer.

Comme l’a rapporté l’Associated Press ce mois-ci, un certain nombre de villes ont voté pour restreindre ce mouvement ou envisagent de le faire, notamment Washington, Chicago et Ann Arbor, Michigan.

Au Canada, des pressions ont parfois été exercées contre les interdictions de tourner à droite. Fin 2016, les maires de 15 municipalités de la banlieue de Montréal se sont mobilisés en vain pour lever l’interdiction, invoquant la baisse du nombre de décès sur les routes et arguant que les automobilistes québécois n’étaient pas plus dangereux que ceux du reste de la province. Amérique du Nord.

Toronto a également débattu de l’imposition d’une interdiction générale des virages à droite aux feux rouges (RTOR) dans le cadre de sa stratégie Vision Zéro, qui vise à éliminer les décès de piétons et de cyclistes, mais a plutôt choisi de mettre en œuvre la mesure uniquement à certaines intersections.

La Ville « a constaté qu’il y aurait un avantage potentiel en matière de sécurité à certains endroits, mais qu’à d’autres endroits, l’introduction d’interdictions de tourner à droite pourrait entraîner des conditions moins sûres pour les piétons et les cyclistes », a déclaré le service des relations avec les médias de la ville dans un courriel.

Statistiquement plus sûr ?

Parmi les raisons invoquées dans le rapport pour s’opposer à une interdiction, il y a le fait qu’elle « concentre inévitablement toute la demande des véhicules tournant à droite sur la phase verte du signal » et que dans certains cas, elle pourrait accroître les conflits aux passages pour piétons où le nombre de piétons est plus élevé.

Nicolas Saunier, professeur de génie civil à Polytechnique Montréal, a souligné qu’il n’est pas certain que l’interdiction de tourner à droite aux feux rouges soit statistiquement plus sûre pour prévenir les blessures et les décès chez les piétons et les cyclistes.

Au lieu de cela, il penche en faveur de toute mesure susceptible de rendre un peu plus sûrs les usagers de la route les plus à risque et d’encourager les gens à marcher et à faire du vélo en toute confiance.

Des groupes de défense comme Piétons Québec affirment que des gens meurent lorsqu’on permet de tourner à droite aux feux rouges. La province a légalisé cette manœuvre à l’extérieur de l’île de Montréal en 2003, et le groupe affirme qu’elle a entraîné 7 décès de piétons et 37 blessés graves entre cette année-là et 2015. Selon l’organisme, de nombreux conducteurs ne respectent pas les règles qui les obligent à se présenter à l’extérieur de l’île de Montréal. un arrêt complet avant de tourner, et les véhicules plus gros, comme les SUV, présentent un plus grand risque pour les piétons.

Manque d’études

M. Saunier et M.moi Smith soulignent tous deux que le manque d’études récentes et complètes sur la sécurité des virages à droite aux feux rouges reste un obstacle pour les villes qui envisagent de mettre en œuvre de nouvelles règles.

Selon Saunier, cela pourrait s’expliquer en partie par le fait que les accidents sont rares et impliquent plusieurs variables, notamment les feux de circulation et le comportement du conducteur. « De nombreux facteurs doivent être réunis pour qu’un accident se produise, ce qui explique pourquoi le nombre d’accidents varie beaucoup », explique-t-il.

D’après M.moi Smith, des études existantes ont montré que l’interdiction des virages aux feux rouges réduit les interactions négatives entre les véhicules et les piétons ou les cyclistes. Cependant, ces études ont tendance à être menées à petite échelle et dans une seule juridiction plutôt que dans le cadre d’un examen systématique, et elles ne mesurent souvent pas les blessures graves ou les décès.

« Nous pensons qu’il est logique de mettre en œuvre l’interdiction de tourner à droite aux feux rouges et nous savons que cela protégera les usagers de la route vulnérables, mais nous voulons que les données le confirment », a-t-il déclaré. -elle a déclaré.

Ces données pourraient aider les villes à décider si elles doivent interdire les virages aux feux rouges à certaines intersections très fréquentées ou mettre en œuvre une interdiction générale. Une interdiction générale, reconnaît-elle, pourrait être difficile à faire adopter dans les quartiers où il y a peu de piétons et où les conducteurs qui veulent tourner seraient frustrés d’être bloqués à un feu rouge.

« Cette interdiction générale a-t-elle un sens du point de vue des usagers de la route vulnérables ? Je dirais oui », a-t-elle conclu. « Mais pour un urbaniste qui essaie de répondre aux besoins d’une variété de citoyens, ce sera un peu plus difficile. »

A voir en vidéo



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button