Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Mathieu Bock-Côté publie un nouvel ouvrage dans lequel il interroge les nouveaux visages du totalitarisme

[ad_1]

Dans son nouveau livre intitulé Le totalitarisme sans le goulagle sociologue, universitaire et chroniqueur Mathieu Bock-Côté tire la sonnette d’alarme : le totalitarisme, qu’on croyait figé au 20e siècle, est très présent aujourd’hui. Il s’agit, écrit-il, d’une « pathologie irréductible de la modernité » qui a la particularité de revenir, même si elle peut changer de visage. Il est donc erroné d’imaginer que le totalitarisme se fige sous les traits du nazisme, du fascisme, du communisme puisque cette idéologie prend aujourd’hui de nouvelles formes. Un peu comme un virus, le totalitarisme aurait-il muté ?

• Lire aussi : L’écrivain Marc Lévy dénonce la déportation des enfants ukrainiens dans son nouveau roman « La Symphonie des monstres »

• Lire aussi : Voici l’incroyable histoire d’un Français qui a vécu 40 jours en Iran

Cours « Surfaces »

Joint à Paris pour un entretien téléphonique, Mathieu Bock-Côté explique que l’écriture de ce nouveau livre est née de deux obsessions croisées. « La première, c’est que j’ai toujours constaté que lorsqu’on faisait le bilan du 20e siècle – un siècle plutôt terrible – nous n’avions pas suffisamment tiré les leçons de ce qui nous avait conduits vers des régimes totalitaires », dit-il.

« J’ai toujours trouvé que nous tirions des leçons de la surface des choses et que nos sociétés étaient bien moins favorables aux libertés qu’elles ne le croient. Cela fait vingt ans que je réfléchis souvent à cette question. Je l’ai déjà abordé d’une manière ou d’une autre dans mes autres livres, mais je n’avais jamais pris la peine de lui consacrer un ouvrage en tant que tel.

La question de fond est « une vieille obsession intellectuelle », précise l’auteur. « Nos sociétés, à terme, ne risquent-elles pas de retomber, sous des formes nouvelles, qui ne ressemblent pas à celles d’hier, dans des sociétés qui sacrifieraient la liberté en croyant construire le paradis sur Terre ? »

Mathieu Bock-Côté publie Totalitarisme sans le Goulag aux Éditions La Cité, en France.

Photo © Éditions La Cité

Termes pour parler de la vie politique

Deuxièmement, Mathieu Bock-Côté constate que notre façon de parler de la vie politique, et les catégories que nous utilisons pour parler de la vie politique (gauche, extrême gauche, droite, extrême droite), nous éloignent complètement de la réalité.

« Ce sont des termes qu’on utilise pour jeter à la figure des gens pour les salir, sans prendre la peine de les définir de manière minimale. On ne sait jamais de quoi on parle. Cela signifie que nous avons une vie politique un peu confuse où tout le monde se diabolise tout le temps, sans prendre la peine d’entendre au moins les arguments de chacun. »

Cet ouvrage est donc selon lui « une méditation sur la possibilité que la liberté dans nos sociétés s’affaiblit, que nos identités s’affaiblissent aussi, en même temps, et de plus sur une vie démocratique brouillée par le fait que nous avons remplacé le débat par la diabolisation ». .»

Le totalitarisme sans le goulag

Mathieu Bock-Côté

Éditions La Cité

272 pages

▶ En librairie le 10 novembre.

  • Mathieu Bock-Côté est sociologue, universitaire, chroniqueur au Journal de Montréal et en France Figaro.
  • Son travail se concentre sur les changements dans la démocratie, le régime de diversité et le multiculturalisme.
  • Il a publié plusieurs essais : La révolution racialiste et autres virus idéologiques (Presses de la Cité, 2021), Le multiculturalisme comme religion politique (Éditions du Cerf, 2016) et L’Empire du politiquement correct : un essai sur la respectabilité politico-médiatique (Éditions du Cerf, 2019).
  • Du lundi au jeudi, il est l’éditorialiste principal de Face à l’informationsur CNEWS.
  • Au Québec, il est également présent sur Qub et La joute (T.V.A).

«Ces dernières années, à juste titre, le retour des régimes autoritaires dans le monde entier a suscité beaucoup d’intérêt, dans des pays qui ont renoncé à leurs précédentes tentatives d’expérimentation démocratique.

Mais en même temps, nous avons sous-estimé que les démocraties libérales n’étaient que l’ombre d’elles-mêmes en liquidant la souveraineté populaire.»

– Mathieu Bock-Côté, Le totalitarisme sans le goulagÉditions La Cité



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button