Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

Marie Hélène Poitras remporte le Prix du Gouverneur général

[ad_1]

Le Conseil des Arts du Canada a décerné mercredi le Prix littéraire du Gouverneur général à Marie Hélène Poitras, dans la catégorie Romans et nouvelles, pour son recueil de nouvelles Galumpf.


Publié chez Alto au printemps, ce recueil de 11 nouvelles est une courtepointe d’histoires autour de l’empathie, ainsi que de la recherche de moyens de se connecter avec les autres et de vivre harmonieusement avec les autres – « mais sans plus s’écraser », selon l’auteur.

«Je suis heureuse d’avoir remporté le prix avec un recueil de nouvelles, qui est un genre étonnamment mal-aimé», a déclaré Marie Hélène Poitras. La presse. Et en tant qu’auteur, c’est un peu mon genre préféré car la nouvelle est comme un concentré d’intensité. »

L’auteur de Le désir Et Soudain le Minotaure a souligné que la nouvelle éponyme de son recueil explore l’origine de sa découverte de l’écriture, de la lecture, de la littérature et de l’apprentissage des langues. «Je reviens aussi à mon enfance à Aylmer, en Outaouais. C’est donc quand même un texte assez personnel. »

Fait intéressant, cette année, ajoute-t-elle, c’est également un recueil de nouvelles qui a remporté le prix dans la même catégorie en anglais : Chrysalidepar Anuja Varghese (Maison de Presse Anansi).

Les autres finalistes dans la catégorie Romans et nouvelles étaient L’or des mélèzesde Carole Labarre (Mémoire d’encrier); Mon fils n’est pas revenu pendant sept jours, par David Clerson (Héliotrope) ; La nuit est sombre, de Brigitte Haentjens (Boréal); Et Une carte postale de l’océande Stéfani Meunier (Leméac).

Gagnants dans sept catégories

Au total, 14 titres ont été choisis en français et en anglais parmi les 70 finalistes de l’année.

En poésie, la poète et écrivaine innue Rita Mestokosho a remporté le prix pour Atikᵁ utei. Le cœur du caribou (Mémoire d’encrier). Dans les catégories Essai et Théâtre, les gagnants sont respectivement Faux rebelles : les excès du politiquement incorrectde Philippe Bernier Arcand (Bush Poets), et Grand garçon, de Mathieu Gosselin (Somme tout). Puis, en Traduction, c’est la version française du roman d’Esi Edugyan, À l’ombre du soleil : réflexions sur la race et les récitstraduit par Catherine Ego (Boréal), qui s’est démarquée.

Quant à la littérature jeunesse, dans la catégorie texte, le gagnant est Lou Beauchesne avec Inoubliable (L’échelle courte), alors que dans les livres illustrés pour enfants, il est Le plus petit sauveur du monde qui a été choisie, une histoire pour les 7 ans et plus de Samuel Larochelle et Ève Patenaude qui aborde l’écoanxiété.

Marie Hélène Poitras remporte le Prix du Gouverneur général

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

L’auteur Samuel Larochelle

« J’espère que j’ai mis le doigt sur quelque chose avec le sujet, que mes propos sont à la hauteur de ce que je voulais écrire, que les illustrations d’Ève Paternaude sont venues envelopper et faire exploser des petites bombes dans le cœur des gens qui nous lisent. », a déclaré Samuel Larochelle.

Le livre, publié l’automne dernier chez XYZ, a remporté au printemps le prix Espiègle et figurait parmi les finalistes du Prix des libraires du Québec 2024. Il sera également publié en Europe francophone ainsi qu’en anglais, tandis qu’un deuxième volume devrait paraître l’année prochaine.

« C’est une chute folle parce que je vais avoir mon 10e anniversaire dans le monde littéraire, je publie un roman pour adultes (Élias et Justine), un bio (Louise Portal – Aimer, incarner, écrire) et mon cabaret Accent queer est désormais à l’Usine C, ce qui était déjà un signe d’approbation de la communauté artistique. Et là, avoir ce prix, c’est comme un sceau d’approbation encore plus puissant, car à mon âge, c’est comme la plus haute distinction littéraire qu’on puisse avoir à travers le Canada » , a-t-il déclaré.

Les lauréats des Prix littéraires du Gouverneur général reçoivent 25 000 $ pour leur livre, tandis que l’éditeur reçoit 3 000 $ pour en faire la promotion et que les finalistes reçoivent 1 000 $.



[ad_2]

Gn Ca ent

Back to top button