Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Lure : Six ans de prison pour un pédophile récidiviste

[ad_1]

Un pédophile récidiviste qui a recontacté sa victime deux jours à peine après sa sortie de prison a été condamné lundi à six ans de prison pour une quinzaine de chefs d’accusation, principalement pour leurre et mise à disposition d’un matériel sexuellement explicite à un enfant. .

Donovan Bouffard-Hamel a été condamné à un an de détention à l’été 2021 pour contact sexuel avec une mineure. Dès sa sortie de prison, il a renoué avec un jeune garçon avec qui il avait déjà eu des conversations à caractère sexuel avant de se rendre en détention.

Vidéos sexuellement explicites, commentaires dégradants, Bouffard-Hamel a profité de la vulnérabilité du jeune garçon, qui n’avait que 12 ans au moment des premiers contacts sur les réseaux sociaux, pendant plusieurs mois.


Lure : Six ans de prison pour un pédophile récidiviste

Tiré d’Instagram, DonovanBHamel

« Il a même dit à l’enfant qu’il allait le violer. Il est allé jusqu’à lui donner un rendez-vous auquel l’enfant ne s’est pas présenté», a expliqué lundi le procureur de la couronne dans ce dossier, Me Louis-Philippe Desjardins.

De nombreuses vidéos

Deux jours après sa sortie de prison, en février 2022, Bouffard-Hamel a envoyé 11 vidéos de lui en train d’avoir des relations sexuelles avec un autre homme.

Dans l’une des vidéos, les deux hommes s’adressent à la jeune victime.

«Ils lui disent qu’ils vont venir le chercher pour qu’il participe aux actes sexuels avec eux», peut-on lire dans le résumé concerté des faits déposé au tribunal lorsque le pédophile a reconnu sa culpabilité.

Sur l’insistance du prédateur, la jeune victime a également fini par envoyer des photos et des vidéos de ses parties intimes à Donovan Bouffard-Hamel.

C’est la mère du jeune garçon qui a découvert la relation en consultant le contenu des récits de son fils. Les discussions se sont poursuivies « afin de rassembler des preuves contre les accusés ».

Opération d’infiltration

Des accusations similaires visent également deux autres victimes.

Le premier est le cousin du jeune garçon avec qui Bouffard-Hamel a communiqué. Sa mère, après avoir été informée des agissements de l’accusé, s’est connectée au récit de son fils pour voir si le pédophile agirait de la même manière.

Rapidement, Donovan Bouffard-Hamel a demandé ce qu’il pensait être un adolescent de 12 ans où il habitait, puis a demandé des photos. Il tente d’inciter le jeune à lui envoyer des photos et lui transmet une vidéo à caractère sexuel.

La troisième victime est un adolescent fictif incarné par un agent infiltré de la Sûreté du Québec. C’est après le signalement des premières victimes que cette opération a été mise en place.

Là encore, rapidement, la conversation entamée par Bouffard-Hamel a pris une tournure sexuelle et il a envoyé des photos et vidéos de lui.

Lorsque le suspect a été arrêté, la police a trouvé six fichiers de pornographie juvénile dans son téléphone portable, en plus de neuf pilules de méthamphétamine.

Risque de récidive

La peine de six ans de prison imposée lundi à l’accusé fait suite à une suggestion conjointe de la couronne et de la défense.

Le bilan de Bouffard-Hamel et sa longue période offensive ont été pris en compte dans cette proposition.

«Le risque de récidive est également décrit comme très présent», a fait valoir le représentant du procureur de la République dans ses observations au juge Mario Tremblay.

Compte tenu de la détention provisoire, il reste trois ans et quatre mois à la peine du délinquant de 31 ans.



[ad_2]

Fr- local

Back to top button