Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

l’organisation d’extrême droite officiellement dissoute

[ad_1]

Deux mois après le lancement de la procédure, le couperet est tombé pour le mouvement d’extrême droite. Le parti Civitas, à la croisée de l’extrême droite et de l’intégrisme catholique, a été formellement dissous mercredi 4 octobre. L’annonce a été faite par le porte-parole du gouvernement Olivier Véran, à la suite du Conseil des ministres qui accusait le parti de vouloir  » partir en guerre contre la République.

« Civitas considère les droits de l’homme comme des outils de destruction de la civilisation chrétienne, Civitas a organisé des rassemblements en hommage à des personnalités emblématiques de la collaboration, Civitas veille à la promotion d’une hiérarchie entre citoyens français aux thèses clairement antisémites et islamophobes »a énuméré le ministre, critiquant également sa vision des personnes LGBT+ comme « une communauté nuisible ».

Propos antisémites

La procédure de dissolution a été lancée le 7 août par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. En cause : les propos violemment antisémites de l’essayiste Pierre Hillard, tenus lors d’une école d’été avant de fuiter sur les réseaux sociaux. « Avant 1789, un juif, un musulman, un bouddhiste ne pouvait devenir français. Pour quoi ? Parce qu’ils étaient hérétiques », a-t-il déclaré, tout en estimant qu’il « il faudrait peut-être revenir à la situation d’avant 1789 ».

Ces propos ont provoqué l’indignation au sein de la classe politique, notamment des associations antiracistes et de la gauche. « L’antisémitisme n’a pas sa place dans notre pays. Je condamne fermement ces propos ignominieux et saisis le procureur de la République.a annoncé Gérald Darmanin.

Affirmer la nécessité de « rechristianiser la France et l’Europe », le mouvement Civitas s’est illustré ces derniers mois en menant plusieurs actions de blocage, notamment pour empêcher les concerts dans les églises. Le chanteur Bilal Hassani à Metz en avril puis l’organiste Kali Malone en mai en avaient fait les frais. Proche de la Fraternité Saint-Pie X, Civitas revendiquait un millier de membres inscrits avant sa dissolution.

[ad_2]
Fr1

Back to top button