Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennesPolitique

L’ONU tire la sonnette d’alarme sur le Darfour et avertit le monde de ne pas répéter l’histoire

[ad_1]

Environ 30 000 civils soudanais non arabes – pour la plupart membres de la tribu Masalit – avaient trouvé refuge dans le camp depuis la mi-avril, lorsque la guerre a éclaté entre les deux plus hauts généraux soudanais, le général militaire soudanais Abdel Fattah al-Burhan et le général Mohamed de RSF. Hamdan Dagalo.

L’ambassade américaine à Khartoum a attribué les massacres aux RSF, exprimant en outre son inquiétude quant aux « abus répétés des RSF en relation avec leurs offensives militaires ».

« Nous sommes profondément troublés par les rapports de témoins oculaires faisant état de graves violations des droits humains commises par les RSF et les milices affiliées, notamment des meurtres à Ardamata, dans l’ouest du Darfour, des attaques ethniques contre les dirigeants et membres de la communauté Masalit, et la détention arbitraire de civils, notamment de défenseurs des droits humains et de militants », a publié mercredi le compte officiel de l’ambassade sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter. « Ces actions horrifiantes mettent une fois de plus en lumière les abus commis par les RSF dans le cadre de leurs offensives militaires. »

Le haut-commissaire de l’ONU, Filippo Grandi, a comparé vendredi les violences actuelles au génocide reconnu par les États-Unis au Darfour, au cours duquel environ 300 000 personnes sont mortes entre 2003 et 2005, avertissant qu’une « dynamique similaire pourrait se développer ».

« Il y a vingt ans, le monde était choqué par les terribles atrocités et violations des droits humains au Darfour. Nous craignons qu’une dynamique similaire ne se développe. La fin immédiate des combats et le respect inconditionnel de la population civile par toutes les parties sont essentiels pour éviter une nouvelle catastrophe », a déclaré Grandi.

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés – également connue sous le nom de HCR – avait également réprimandé la communauté internationale plus tôt dans la semaine, affirmant qu’elle était « scandaleusement silencieuse, même si les violations du droit international humanitaire persistent en toute impunité » et qu’il était « honteux que les atrocités commises soient commises ». Il y a 20 ans, le Darfour peut se reproduire aujourd’hui avec si peu d’attention. »

Plus de 4,8 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du Soudan et 1,2 million ont fui vers les pays voisins depuis avril. Selon l’ONU, au moins 8 000 personnes ont fui le Soudan vers le Tchad la semaine dernière seulement.

[ad_2]

Gn En

Back to top button